0   Commentaires
Article
Appartient au dossier :

La galerie Denise René

Denise René ouvre sa première galerie au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et devient vite une figure incontournable de l'art contemporain, en étant par exemple la première à promouvoir l'art cinétique.
Notre série estivale consacrée aux galeristes qui ont façonné le marché de l’art depuis la fin du 19e siècle accompagne le parcours Galeries du 20e siècle proposé au sein des collections modernes du Centre Pompidou jusqu’en 2020.
En 1939, Denise René ouvre un atelier de mode rue de la Boétie à Paris, lieu de réunion clandestin pendant l’Occupation. Elle rencontre alors l’artiste Victor Vasarely et ensemble ils transforment l’atelier en galerie. Pionnière dans ses idées, pensant que l’art ne peut exister qu’en s’ouvrant à de nouvelles voix, Denise René l’est aussi dans ses actions. Elle conçoit notamment des expositions avec des institutions étrangères, faisant rayonner ses artistes dans le monde entier. C’est ainsi qu’elle organise la première rétrospective de Piet Mondrian en 1957, en collaboration avec le Stedelijk Museum d’Amsterdam.
Sa première grande exposition, « Le Mouvement », est montée en 1955 et marque la naissance du cinétisme. Elle y réunit les fondateurs de l'art en mouvement (Calder, Duchamp) et les artistes de la nouvelle génération (Agam, Soto, Tinguely).

Denise René ne travaille pas seule et sait s’entourer de personnes prometteuses tel que Pontus Hulten, qui deviendra le premier président du Centre Pompidou. Elle développe ses activités en créant notamment dans une deuxième galerie parisienne des ateliers d’édition de multiples, c'est-à-dire d'œuvres produites en plusieurs exemplaires comme les sérigraphies. Elle ouvre également de nouveaux lieux à New York et en Allemagne. Elle est enfin une défricheuse d’artistes latino-américains qui, grâce à elle, rejoignent l’avant-garde européenne.

Les années soixante-dix et la crise du choc pétrolier sont des années difficiles. Elle fait faillite en voulant ouvrir un immense lieu dans le quartier Beaubourg et se voit même contrainte de vendre une partie de sa collection. Mais Denise René n’abandonne jamais ; sa passion pour l’art et sa fidélité à son « écurie » la poussent à venir travailler dans sa galerie jusqu’à ses derniers jours, peu avant qu’elle ne fête ses 100 ans.
En 2019, la galerie Denise René se décline en deux lieux parisiens : la galerie Denise René Rive gauche au 196 boulevard Saint-Germain dans le 7e arrondissement, et la galerie Denise René Espace Marais au 22 rue Charlot dans le 3e arrondissement.
 
Denise René assise au milieu d'artistes
Vernissage à la galerie Denise René en 1957, avec Agam et William Seitz, commissaire de la grande exposition historique « The Responsive Eye » au MOMA à New York en 1965. Photo : Nicolas Marino [CC BY-NC-SA 3.0] via Wikicommons  
 

Artistes

Sa spécialité : L’abstraction géométrique
Artistes majeurs : Josef Albers, Jean Arp, Geneviève Claisse, Carlos Cruz-Diez, Robert Jacobsen, Julio Le Parc, François Morellet, Aurélie Nemours, Jesus Rafael Soto...

Quelques dates

25 juin 1913 : naissance à Paris
13 février 1944 : ouverture de la galerie au 124 rue La Boétie, avec l'exposition « Les dessins et compositions graphiques de Vasarely »
23 juin 1966 : ouverture de la deuxième galerie au 196 boulevard Saint-Germain (qui ferme en 1976)
De 1967 à 1971 : ouverture de deux galeries en Allemagne et une à New York (qui ferme en 1981)
Octobre 1991 : ouverture d’une nouvelle galerie à l'Espace Marais
9 juillet 2012 : décès à Paris
Captcha: