0   Commentaires

Pouvez-vous me conseiller des bandes dessinées qui abordent la thématique du goût ?

De nombreuses bandes dessinées asiatiques ou occidentales abordent la thématique du goût par le biais de la cuisine, de la dégustation de plats ou de boissons. La bande dessinée peut alors devenir une occasion de célébrer les vertus de la gastronomie et de la convivialité autour de la table.
couverture de l'album Délices, ma vie en cuisine
Autour du goût et de l’alimentation, on peut également relever des bandes dessinées sur les ogres, la consommation criminelle de chair humaine et autres formes de cannibalisme, non sans humour.
Vous en trouverez quelques exemples dans la liste. Les références sont classées par ordre chronologique décroissant :

Le Gourmet solitaire
Masayuki Kusumi, Jirô Taniguchi, Casterman, 2016
On ne sait presque rien de lui. Il travaille dans le commerce, mais ce n’est pas un homme pressé ; il aime les femmes, mais préfère vivre seul ; c’est un gastronome, mais il apprécie par-dessus tout la cuisine simple des quartiers populaires… Cet homme, c’est le gourmet solitaire. Imaginé par Masayuki Kusumi, ce personnage hors du commun prend vie sous la plume de Jirô Taniguchi, sur un mode de récit proche de l’Homme qui marche : chaque histoire l’amène ainsi à goûter un plat typiquement japonais, faisant renaître en lui des souvenirs enfouis, émerger des pensées neuves ou suscitant de furtives rencontres.

Les rêveries d’un gourmet solitaire
Masayuki Kusumi, Jirô Taniguchi, Casterman, 2016
C’est un manga extraordinaire, sur la vie ordinaire d’un homme ordinaire et qui aime les petits plaisirs de la vie. Au fil de ces instants de quotidien, on se laisse emporter dans un voyage à travers la cuisine japonaise ; on a hâte de découvrir le prochain met avec le narrateur. Le talent de Jirô Taniguchi nous enivre et on se laisse perdre avec plaisir dans ces petits riens. Cette fois-ci, on découvre un peu plus du Japon : Tokyo, bien sûr, mais également les départements de Shizuoka ou Tottori. Et on finit en beauté avec Paris, où notre gourmet solitaire savoure une cuisine algérienne, pour notre plus grand plaisir.

Mangeons !
Sanko Takada, Sakka/Casterman, 2014-2015 (4 volumes)
Une jeune femme apparaît dans le quotidien de personnes en difficultés. Elle leur redonne espoir, légèreté et goût à la vie grâce à la confection de plats savoureux. Une comédie qui se veut gourmande.

Un homme de goût
Eldiablo et Cha, Ankama, 2014-2015 (2 volumes)
Enquête policière sur fond de mystérieux meurtrier cannibale qui fait disparaître ses victimes en les dévorant.

Le chef de Nobunaga
Mitsuru Nishimura, Takuro Kajikawa, Komikku, 2014-2017 (15 volumes)
Ken s’est réveillé amnésique en 1568, dans le Japon de l’ère Eiroku, habillé en chef cuisinier. Recueilli par Natsu, un jeune fabricant d’épées, il devient populaire dans la ville de Daigo grâce à sa cuisine. Mais le chef de guerre Nobunaga Oda le contraint à entrer à son service et le met au défi de le surprendre par sa cuisine et d’améliorer l’alimentation de ses troupes en campagne.
 
A vos papilles ! Voyage culinaire en Corée
Young-Bin Kim, Dong-Kee Hong, Clair de lune, 2014 (2 volumes)
Cette série célèbre la gastronomie en Corée. Ils font suite aux 4 volumes de Geonbae, parus de 2012 à 2014, et qui avec les mêmes personnages, faisaient découvrir les boissons alcoolisées traditionnelles coréennes.

Délices : ma vie en cuisine
Lucy Knisley, Delcourt, 2014
Récit autobiographique retraçant les principaux moments d’une vie ponctuée de souvenirs de cuisine. Une véritable célébration de la nourriture.

Crève saucisse
Pascal Rabaté, Simon Hureau, Futuropolis, 2013
Didier est boucher. Son épouse Sandrine le trompe avec leur meilleur ami, Éric. Très contrarié, il ne supporte plus cette situation. Il organise leurs vacances sur l’île de Noirmoutier et s’arrange pour se retrouver seul avec Éric, bien décidé à s’en débarrasser.

Hell’s kitchen
Mitsuru Nishimura, Gumi Amazi, Kana, 2013-2017 (13 volumes)
Satoru Moriya, collégien incapable de faire cuire un oeuf, voit apparaître dans sa vie Dogma, cuisinier des enfers, dont le but est de dénicher le mets le plus apprécié des abîmes : une âme d’authentique chef cuisinier. Comme il n’en trouve pas à son goût, il décide de transformer Satoru en grand chef cuistot… afin de le manger ! 

Amuse-gueules
Sous la direction d’Éric Milette, Glénat Québec, 2012
Six histoires issues du concours Hachette Canada de 2008 sur le thème : bouffe, gastronomie et amuse-gueules.

En cuisine avec Alain Passard
Christophe Blain, Alain Passard, Gallimard, 2011
La découverte en bande dessinée d’Alain Passard, le chef trois étoiles qui a su redonner aux légumes leurs lettres de noblesse.

Ce goût
Neyef, Ankama, 2011
Harold se réveille un jour avec un goût étrange dans la bouche qui l’obsède et lui rappelle les mauvais souvenirs de ses repas d’enfance…

Café dream
Osamu Hiramatsu, Rei Hanagata, Bamboo, 2009-2010 (5 volumes)
Sasuke entretient une passion immodérée pour le café, dans une famille qui ne vivait que du thé. Pour gagner sa vie, il va s’employer à trouver des saveurs adaptées à ses différents clients.

Tony Chu, détective cannibale
John Layman, Rob Guillory, Delcourt, 2005-2010 (10 volumes)
L’inspecteur Tony Chu est cibopathe : il est capable de retracer psychiquement la nature, l’origine, l’histoire et même les émotions de tout ce qu’il ingurgite. Cela fait de lui un enquêteur de premier ordre, notamment lorsqu’il doit « goûter » à la victime d’un meurtre pour coincer le criminel…

Petite forêt
Daisuke Igarashi, Casterman, 2008 (2 volumes)
Cette série relate la vie d’une jeune fille passionnée de cuisine au sein de sa petite communauté. Pour elle, la cuisine est le miroir de l’âme.
 
À table ! : la collection du cousin Peter
Quentin, Pietr Piotr Éditions, 1990 réédité en 2002
Échange humoristique de deux ogres sur les qualités gustatives de leurs proies, alors que deux chasseurs décident de mettre fin aux agissements des deux cannibales.

Pour finir, et même si cela s’adresse surtout à un jeune public, on ne peut pas oublier la saga du chat Garfield, né sous les crayons de Jim Davis en 1978. Ses albums ont commencé à paraître, en France, chez Dargaud en 1984. Ce chat glouton, désormais universellement connu, ne pense qu’à manger et c’est même une préoccupation essentielle de sa vie. Les premiers titres suggèrent avec humour que le sens du goût et, au-delà, l’ingurgitation compulsive y tiennent une large part.


Cordialement,

Eurêkoi - Bibliothèque municipale de Bordeaux et Bpi
 
Captcha: