0   Commentaires
Analyse
Appartient au dossier :

Le New Deal et le cinéma

La politique sociale et culturelle engagée par le président Roosevelt pour aider le théâtre va se révéler d'une très grande envergure. Le cinéma accompagne ce mouvement en montrant la crise. Le cinéma documentaire devient outil de propagande.

Hollywood : un cinéma “social”

La crise économique éclate alors qu’Hollywood est en plein "âge d’or" grâce à l’arrivée du cinéma parlant. Au plus fort de la crise, 60 à 80 millions d’Américains fréquentent les salles de cinéma pour oublier leurs souffrances à peu de frais. Malgré la crise, Hollywood produit plus de 5 000 films, des films comiques, des comédies musicales, des mélodrames...
Cependant, la plupart des films de cette période s’intéresse à la réalité sociale et au sort des plus démunis. Dans Les Temps modernes, en 1936, Chaplin dénonce les conditions de travail des ouvriers. Les comédies de Frank Capra, comme Monsieur Smith au SénatRuée, sous un air léger, critiquent les excès du capitalisme. 
William Wellman réalise en 1933 deux films, Wild Boys of the Road, qui raconte l’errance des jeunes chômeurs dans les rues et  Heroes for Sale, qui met en scène des anciens combattants réduits à la misère. La production Warner est une des plus engagée : Je suis un évadé (1932) de Mervyn LeRoy est l'exemple type, inspiré de faits réels. La Warner est  également à l'origine de films de gangsters, Little CaesarThe Public Enemy, (1931) qui reflètent les problèmes de la société et diffusent le message rooseveltien.

Le cinéma documentaire et le New Deal

Lors du second New Deal, en 1935, le gouvernement américain met en place un ensemble de projets visant à illustrer les crises que le pays traverse et à faire connaître au public la politique du New Deal. Sous l’égide de la Resettlement Administration (RA), le gouvernement lance d’abord des campagnes radiophoniques et photographiques qui produisent les œuvres majeures d’artistes comme Walter Evans ou Dorothea Lange. Puis, la RA décide de produire des films afin de toucher un public encore plus large.

Pare Lorentz, cinéaste consultant

Pare Lorentz, journaliste et critique de cinéma, est choisi comme cinéaste consultant en raison de son intérêt pour Roosevelt et le New Deal et de ses préoccupations pour les problèmes environnementaux. Lorentz avait écrit un article sur le Dust bowl (tempête de poussière) pour le magazine Newsweek et avait tenté de convaincre en vain Hollywood de faire un film sur ce sujet. Au cours des cinq années suivantes, il réalise pour le gouvernement une série de films qui connaissent un grand succès critique et populaire dont The Plow That Broke the Plains et The River et qui reflètent fidèlement l'idéologie du New Deal.

Le film The Plow That Broke the Plains (1936) a pour sujet les tempêtes de poussière qui ont touché la région des grandes plaines du Middle West ravagées par la sécheresse et qui ont détruit toutes les récoltes en obligeant les fermiers ruinés à migrer notamment vers l’Ouest. L'abus du labour qui a détruit les grandes plaines est dénoncé avec vigueur. Le film, qui marie images picturales, musique symphonique et poésie en vers libres, est une ode à l'environnement.



Le film The River  (1937) raconte l’histoire du fleuve Mississippi et de ses affluents, accompagné par un commentaire poétique dont Lorentz est l’auteur et une musique originale composée par Virgil Thompson. Il déplore les destructions sur l'environnement causées au nom du progrès, notamment les pratiques agricoles et forestières, responsables d'une érosion massive et de l'apport de grosses quantités de terre dans les eaux du fleuve. Il se termine par une note d'espoir en célébrant les efforts entrepris par le gouvernement, à travers la Tennessee Valley Authority, pour redonner du dynamisme économique, par des grands travaux (barrages) et de nouvelles techniques agricoles.



Tous les films sur la Grande Dépression sont répertoriés sur le site de l'Université de Bloomington, Indiana. Il s'agit des films tournés des années 1930 jusqu'à nos jours, montrant la crise économique et sociale. Ils sont classés par genre :  fictions et documentaires.
Captcha: