0   Commentaires
Article
Appartient au dossier :

La création radiophonique

La radio n'est pas seulement un lieu d'expression et d'information. Elle offre également un espace de création et une audience aux artistes, qu'ils soient écrivains, acteurs, musiciens... en leur permettant d'expérimenter le matériel sonore. 
Enregistrement d'une œuvre radiophonique
"La Radio cousue main" sur la scène de La Loge lors du festival Brouillage © Radio Campus
On peut définir succinctement la création radiophonique comme une création sonore diffusée à la radio. Dès qu'elle est en projet, toute œuvre radiophonique inclut donc les conditions de sa diffusion et de sa réception par l’auditeur.

Conscients que la radio permet de toucher un large public, des auteurs comme Orson Welles ou Walter Benjamin s’emparent de ce média dès les années 1920 pour y jouer des pièces de fiction ou pédagogiques.
Mais la création radiophonique ne s’arrête pas à la "dramatique". Elle s’intègre dans le champ de la création sonore, qui englobe des disciplines musicales (musique concrète ou électroacoustique) ou documentaires utilisant les outils de la radiodiffusion : enregistreurs, micros, consoles, enceintes, logiciels de montage, etc. Leur utilisation est très vite détournée par les artistes sonores, qui ouvrent ainsi l’art radiophonique à un champ immense d’expérimentation du matériau.
Le théoricien de la musique et compositeur Pierre Schaeffer appelle ces productions des « objets sonores ». Pour lui, la notion d’objet sonore désigne : « un phénomène sonore perçu dans le temps comme un tout, une unité, quels que soient ses causes, son sens, et le domaine auquel il appartient (musical ou non) ». L’œuvre sonore surgit donc de la réunion de sons, de bruits, enregistrés à différents endroits et à différents moments et constitue ainsi ce qu’on appelle « cinéma pour les oreilles ».
 
Bien que la création sonore radiophonique ait été un terrain de jeu pour nombre d’auteurs et de musiciens, le champ de sa diffusion se voit de plus en plus restreint. Aujourd’hui, en France, hormis France Culture et Arte Radio, ce sont les médias associatifs qui offrent le plus grand espace de création et de diffusion aux artistes radiophoniques.
 
Depuis cinq ans, Radio Campus Paris dédie un événement à cette discipline : le festival Brouillage se veut le lieu de rencontre entre la scène du spectacle vivant et la retransmission radiophonique. L’enjeu consiste à redonner à la création sonore une place de choix dans l’espace artistique et médiatique, tout en faisant bénéficier les jeunes créateurs de la démocratisation des outils de la création et de la diversification des supports de diffusion rendues possibles grâce numérique.
S’il est une mission des radios associatives, c’est de redonner aux auteurs, artistes, créateurs et auditeurs, le goût du son.
 
Écouter un extrait du "Laboratoire des gadgets radiophoniques" et ses inventions loufoques, diffusé pendant le festival Brouillage en 2015.
Extrait de "Le laboratoire des gadgets radiophoniques" - Festival Brouillage 2015.

Mélanie Péclat
pour Radio Campus Paris
Captcha: