Publié le
20/03/2020
Vidéo
Appartient au dossier :

La puissance politique de la parole citoyenne

La parole citoyenne est-elle réellement prise en considération dans les démarches participatives ? Dans les faits les élus gardent la maîtrise du processus et la décision finale leur revient. La rencontre  « Après le débat qui décide ? », organisée en février 2020 à la Bibliothèque publique d’information, questionne le rapport entre participation citoyenne et représentation politique.
 

Depuis les années soixante-dix, de nombreux dispositifs participatifs se mettent en place, à l’image des budgets participatifs, de la Convention citoyenne pour le climat ou du Grand débat national. Les citoyens se saisissent par exemple de thématiques scientifiques et techniques, comme celle de la transition écologique. « Ils ont montré des aptitudes à échanger, à argumenter et à faire entendre leur parole », explique Laurence Monnoyer-Smith, conseillère environnement et climat au Centre national d’études spatiales. La démocratie française fait pourtant reposer l'ensemble du processus décisionnel et législatif sur les représentants politiques. L’historien Pierre Rosanvallon considère ce mécanisme comme un « vice » fondateur de notre démocratie.

Loïc Blondiaux, politologue, précise que « le lien entre la participation et la décision n’est pas codifié ». Selon Ilaria Casillo, vice-présidente de la Commission nationale du débat public, « il est nécessaire de passer d’une approche verticale à une approche circulaire et adaptative » de la démocratie. En attendant des changements législatifs, les élus doivent être à l’écoute des démarches spontanées et reconnaître les pratiques informelles des citoyens.



 

Rencontre organisée dans le cadre du cycle « Démocratie participative »

À retrouver sur la WebTV / WebRadio


Auteur :
CC BY-NC-SA 4.0