0   Commentaires
Publié le

La mode des Récupérables : construire

Bethsabée prépare le patronnage des modèles
Dans l'atelier de confection avec Bethsabée Elhanar-Lemberg © Randolph Langela
“Pourquoi produire encore alors qu'il y a tant de matière à réutiliser ?” C’est la question qui a poussé Anaïs Dautais Warmel à créer des vêtements à partir de textiles déposés en ressourcerie. En 2016, elle lance sa marque, Les Récupérables, qui milite pour une mode éthique et durable.
Notre série suit en images les différentes étapes de la création de sa dernière collection.
Une fois le modèle dessiné, il faut construire concrètement sa structure. C’est l’étape du patronnage, qui consiste à réaliser un essai à plat, à partir du patron qui inclut toutes les marges de couture, et à obtenir une représentation à taille réelle du modèle. Anaïs Dautais Warmel souligne l’importance de cette phase :
“Les indications doivent être extrêmement précises. Tout compte, du cran pour la poche au diamètre de la boutonnière ! L’oubli d’un détail peut compromettre l’ensemble de la production. Le patronnage est une étape technique complexe”.
Un ou plusieurs prototypes sont réalisés, jusqu’à obtenir celui qui servira de modèle pour la production. Pour les Récupérables, ce travail de construction est confié à la modéliste Bethsabée Elharar-Lemberg, qui analyse le rendu du modèle et le retouche autant de fois que nécessaire.


En savoir plus :
Le manifeste des Récupérables sur le site de la marque.
La rencontre "Qu'est ce qu'une ressourcerie ?" organisée dans le cadre du week-end "Osez la Récup".
 
Auteur :
Captcha: