0   Commentaires
Analyse
Appartient au dossier :

Disneyland, mon vieux pays natal

Arnaud des Pallières réalise en 2001 Disneyland, mon vieux pays natal, un ovni documentaire. Il y mêle une déambulation hallucinée dans le célèbre parc d'attractions à des histoires réelles ou fictives susurrées en off aux oreilles des spectateurs.
Cet automne, la Cinémathèque du documentaire à la Bpi projette le film dans le cadre du cycle Génération documentaire. Balises vous fait (ré)écouter l'analyse éclairante qu'en proposait le théoricien et réalisateur Jean-Louis Comolli en 2008.
Un homme en singe et un enfant
Disneyland, mon vieux pays natal, Arnaud des Pallières (2001)
Jean-Louis Comolli aborde Disneyland, mon vieux pays natal sous l'angle de la disparition. Motif récurrent des histoires racontées par Arnaud des Pallières en voix-off, la disparition est également au cœur du dispositif audiovisuel. Le son synchrone disparaît, et le spectacle marchand des attractions du parc se détruit sous les yeux des spectateurs. Les sautes d'images font disparaître des fragments de plans et abîment elles aussi toute sensation de continuité du réel.

En opérant cette série de soustractions, selon Jean-Louis Comolli, Arnaud des Pallières adopte le vertige des enfants qui ne voient pas en Disneyland un temple marchand aliénant mais un monde dans lequel réel et imaginaire se superposent. Loin de toute fantaisie naïve, la matière filmique fait alors basculer le regard des spectateurs dans un univers inquiétant en transformation perpétuelle où la croyance prédomine et où les sens sont questionnés sans cesse.

Écouter l'analyse de Jean-Louis Comolli sur Disneyland, mon vieux pays natal :


Écouter l'intégralité de la séance d'analyse proposée par Jean-Louis Comolli sur la WebTV/WebRadio de la Bibliothèque publique d'information :
Histoire du cinéma sous influence documentaire : Disneyland, mon vieux pays natal (Arnaud des Pallières, 2001) et Scènes de chasse au sanglier (Claudio Pazienza, 2007)
Captcha: