Glossaire

Les mots-clés de l’économie verte

De nouvelles expressions apparaissent régulièrement pour définir la manière dont l’économie s’empare des problématiques environnementales. Mais que veulent dire exactement « économie circulaire », « fiscalité verte » ou « greenwashing » ?
symboles de l'économie verte
Designed by rawpixel.com / Freepik

Circuit court

Un circuit court limite les intermédiaires entre producteur et consommateur. Il vise à réduire la pollution liée à la conservation, au conditionnement et au transport des marchandises. En matière d’alimentation, les circuits courts permettent aux consommateurs d’avoir accès à des produits frais, moins susceptibles de contenir des pesticides.
 

Compensation des émissions de gaz à effet de serre ou Compensation carbone

Ensemble des mesures techniques ou financières, volontaires ou obligatoires, qui permettent de compenser les émissions polluantes. Dans le cas du CO2, les entreprises doivent atteindre la neutralité carbone. En 2005 a donc été créé un marché du carbone, un système d’échange de droits d’émission de gaz à effet de serre dans lequel les plus pollueurs peuvent racheter leurs quotas carbone à ceux qui polluent moins.
 

Développement durable

Modèle qui vise à répondre aux besoins actuels sans compromettre ceux des générations futures. Il suppose de maintenir une croissance économique, compatible avec l’écologie et le social.
 

Décroissance

La décroissance suppose que, pour préserver l’environnement et une bonne qualité de vie à long terme, il est nécessaire de produire et de consommer moins. Le produit intérieur brut est remis en cause comme indicateur de la richesse d’une nation sur des critères uniquement économiques et comptables.
 

Économie circulaire

L’économie circulaire vise à réduire, à chaque étape du cycle de vie d’un produit ou d’un service, son impact sur l’environnement. La fabrication tient compte de la proximité et de la facilité d’extraction des matières premières, des coûts de transports du produit fini, ainsi que des possibilités de recyclage. On parle d’« écoconception » quand tous ces aspects sont pris en compte avant la mise en production du produit ou du service.
 

Économie verte

L'économie verte désigne deux choses : d’une part, les activités économiques liées à la préservation ou à la restauration de l'environnement et, d’autre part, celles qui réduisent au maximum la consommation de matière première et d’énergie. Les entreprises « vertes » proposent, par exemple, des énergies renouvelables, des constructions écologiques, des produits issus de l'agriculture biologique, des services de recyclage.
 

Empreinte écologique 

Calcul de la pression exercée par l’humanité sur les ressources naturelles. L’empreinte écologique d’un objet est calculée d’après la consommation de ressources tout au long de son cycle de vie.
 

Fiscalité verte ou écofiscalité ou fiscalité écologique

Forme de fiscalité qui vise à inciter les acteurs économiques à adopter des comportements plus respectueux de l'environnement et une meilleure utilisation des ressources naturelles, en taxant les actions générant des dommages environnementaux ou en agissant pour leur réparation. Par exemple, l’éco-participation est payée par le consommateur pour compenser le coût de la collecte et du traitement des déchets électriques et électroniques, ou des meubles.
 

Greenwashing ou éco-blanchiment ou verdissement de l’image 

Formes de communication et de marketing qui utilisent abusivement des images et des arguments écologiques, sans rapport avec les moyens de production ou les produits commercialisés par une entreprise.
 

Principe pollueur-payeur

Le principe pollueur-payeur vise à faire supporter la charge de la pollution qu’engendre une activité économique par celui qui en est à l’origine et non par la collectivité. Entré en vigueur en 1995 dans la loi française, ce principe oblige les entreprises à des mesures de prévention des impacts de leur activité sur l'environnement et à contribuer à la réparation de ceux-ci.
 

Responsabilité sociétale de l’entreprise

Une entreprise produit, en dehors des échanges marchands, des effets pour l’ensemble de la société. Ces effets peuvent être bénéfiques, on parle alors d’externalités positives (par exemple des innovations, des infrastructures) ou néfastes, les externalités négatives (par exemple maladies et dépressions, pollutions). En matière environnementale, l’entreprise qui respecte la norme RSE doit veiller à utiliser des technologies propres, favoriser l’emploi local, éviter les gaspillages et mettre en place le recyclage.
 

Transition écologique

Évolution vers un modèle économique et social et des comportements adaptés aux grands enjeux environnementaux tels que le changement climatique, la rareté des ressources, la perte de biodiversité... Les solutions envisagées constituent des compromis entre croissance verte et décroissance et oscillent entre incitation et sanction.