au Centre : Cecilia Bengolea et François Chaignaud, danses mêlées

de ligne en ligne numéro 21 - octobre à décembre 2016

© Hervé Véronèse Centre Pompidou au Centre CECILIA BENGOLEA ET FRANÇOIS CHAIGNAUD DANSES MÊLÉES Inspiré du dancehall, culture musicale et chorégraphique contestataire de la Jamaïque, et mêlant simultanément danse et chants polyphoniques anciens, le nouveau spec-tacle de Cecilia Bengolea et François Chaignaud s’inscrit dans la continuité de leurs précédentes créations. Celles-ci mélangent, rapprochent, combinent des éléments venus d’horizons historiques, géographiques et esthétiques dif-férents. Alors qu’ils peaufinent leur prochain spectacle, les danseurs-chorégraphes reviennent sur ce qui anime leur recherche. Dans Sylphides (2012), vos corps étaient mis sous vide dans des poches de latex. Jusqu’où peut-on mettre le corps à l'épreuve dans la danse ? François Chaignaud (FC) : La question des limites est ennuyeuse. Parce qu'elle fétichise en même temps l'ordre et sa transgression. Sylphides est une expérience à la fois concrète, spirituelle, visuelle, et chorégraphique. Une forme de preuve de danse en milieu hostile. Et même, c’est peut-être là où elle semble la moins probable que la danse est la plus puissante. Je ne comprends pas l'opposition entre danse et performance, qui sonne souvent comme un moyen d'opposer la danse – supposée routinière et prévisible – à la performance, qui serait seule du côté de l'instant, du danger et de l'imprévu. Sylphides et Dub Love (2015) sont des pièces chorégraphiées, dansées, qui s'appuient sur un coefficient de réalité élevé, donné par la situation (sous vide, sur pointes, etc.). Mais je crois que cette articulation peut se retrouver dans d'autres styles de danse. Je la recherche toujours ! Cecilia Bengolea (CB) : Si seulement l’être humain pouvait avoir l’humilité de disparaître un moment pour que la nature reprenne ses forces ! C’est avec cette intention que l’on disparaît dans l’enveloppe de latex dans Sylphides ou dans la concentration extrême de l’effort d’une danse utopiste, dans Dub Love et Danses libres. Création 2016 1er, 2, 3 décembre – 20 h 30 4 décembre – 17 h Grande Salle avec le Festival d’automne à Paris Sylphides 8 au Centre : Danses mêlées


de ligne en ligne numéro 21 - octobre à décembre 2016
To see the actual publication please follow the link above