0   Commentaires
Article
Appartient au dossier :

Amazonie, l'eldorado

L'Amazonie est une des dernières réserves de terres agricoles encore non exploitées au monde. Elle suscite toutes les convoitises : celle de l'Etat brésilien en premier, lui dont la souveraineté nationale sur l'ensemble du territoire s'exerce encore difficilement ; mais aussi celle des grands prédateurs internationaux, des entreprises nord-américaines, européennes et depuis 2010 des groupes agro-industriels chinois qui ont acheté des terres en Amazonie.
/files/live/sites/Balises/files/Images/Geographie/deforestation.jpg
Déforestation en Amazonie dite en arête de poisson, le long des routes, vue par satellite ©NASA, 2006/Domaine public
La colonisation de l'Amazonie a réellement pris son essor dans les années 1970, sur l'impulsion du gouvernement militaire brésilien qui a appelé ses compatriotes à faire reculer la "frontière intérieure" vers l'Ouest et à défricher cet espace vierge.
Une part importante de ces terres a été convertie en pâturages à faible productivité pour un élevage extensif mené par des propriétaires de grands domaines agricoles (fazendeiros) et des agriculteurs familiaux. Cet élevage est talonné par l'extension de la culture du soja, du maïs et du coton jusque là pratiquée dans les états pionniers du Cerrado (sorte de savane tropicale) en bordure de forêt. Le Brésil est le troisième fournisseur de soja pour le monde entier ainsi que le premier exportateur de viande bovine.

D'autres richesses participent grandement aux économies nationales autant qu'aux marchés internationaux : l'exploitation du bois (bois précieux ou fabrication de contreplaqué), l'extraction minière (or, nickel, cobalt, diamants...), le forage des hydrocarbures mais aussi l'or bleu, l'hydroélectricité. Les fleuves du Brésil fournissent au pays 82% de son électricité.
Captcha: