Article
Appartient au dossier :

1961-1989 : les années du mur

Imaginez : vous habitez à Paris dans le quartier Bastille. Vous vous réveillez un dimanche, un mur traverse la ville, vous empêchant de rejoindre vos parents à Montparnasse, vos amis du quartier Saint-Michel, votre travail à Odéon...
/files/live/sites/Balises/files/Images/Histoire/Mur%20de%20Berlin%2c%20Potsdamerstr.%20par%20d%20leonard%2013%20(CC%20BY-NC-ND%202.0).jpg
Mur de Berlin, Potsdamerstr. par d leonard 13 (CC BY-NC-ND 2.0)

1961 : au pied du mur

Imaginez : vous habitez à Paris dans le quartier Bastille. Vous vous réveillez un dimanche, un mur traverse la ville, vous empêchant de rejoindre vos parents à Montparnasse, vos amis du quartier Saint-Michel, votre travail à Odéon.

C’est ce que vivent les Berlinois dans la nuit du 12 au 13 août 1961. Au petit matin, des barbelés empêchent tout passage entre le secteur soviétique et les secteurs occidentaux. Berlin-Ouest constitue désormais un îlot isolé au sein de la RDA.

Ces barbelés seront rapidement remplacés par un mur en dur afin d’empêcher les évasions des allemands de l’Est. Car c’est toute l’ironie de ce mur : en enfermant les berlinois de l’Ouest, il enferme en fait ceux de l’Est.

Berlin-Est fait le mur

De nombreuses tentatives de passages à l’Ouest ont lieu. Elles sont de plus en plus difficiles, le mur se renforçant au fil des tentatives.

Les moyens d’évasion sont variés : en montgolfière, en submersible, par des maisons avec une entrée à l’Est et une sortie à l’Ouest, par les égouts, des tunnels patiemment creusés, des câbles métalliques suspendus, dans des coffres de voiture aménagés ou des camions venant défoncer le mur, sous l’uniforme d’officiers soviétiques ou américains…

Au moins 136 personnes y laisseront leur vie, quelques milliers réussiront.

Vidéo : Le mur de Berlin 04/04/1962 (source : ina.fr).

 

De part et d’autre du mur

Le mur devient le baromètre des relations Est-Ouest et le symbole de la guerre froide.
A l’Ouest, la réaction est d’emblée prudente face à la construction du mur : on ne refera pas la guerre pour Berlin-Ouest.

Le 27 juin 1963, le président américain John Kennedy prononce la célèbre phrase : « ich bin ein Berliner » (« je suis un Berlinois »), exprimant la solidarité vis-à-vis des Berlinois de l’Ouest

Vidéo : Kennedy : « ich bin ein Berliner », 15/04/1980 (source : ina.fr)


 
L’Allemagne de l’Ouest connaît une période d’essor économique et son premier véritable régime démocratique depuis la République de Weimar.
Berlin-Est, tout comme la RDA, vit à l’heure soviétique : des plans quinquennaux régissent l’économie, le SED ou parti socialiste unifié d’Allemagne domine la vie politique, la population est idéologiquement encadrée.

Vidéo : L’autre Allemagne, 18/09/1970 (source : ina.fr)


 

tttujh

fuyz : 08/02/2019 09:18
Captcha: