Publié le
07/05/2019
Vidéo

Penser par la « matière »

L’historien Christian Jacob inaugure le cycle de rencontres « Matière à penser » en s’interrogeant sur les cheminements empruntés par la réflexion en fonction des disciplines et des espaces. Accompagné par Flore Garcin-Marrou (Université Toulouse-Jean-Jaurès) et Aurélie Mouton-Rezzouk (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3), initiatrices du projet de recherche « Ces lieux où l’on pense », il analyse également la manière dont chaque discipline est structurée par les modes de pensée qui y sont pratiqués.


Christian Jacob se penche sur la question : comment un domaine d’activité et de recherche devient-il une « matière » qui génère des objets et des réflexions, tout en étant lui-même l'objet de la pensée ? L'historien voit la pensée comme une forme d’« atelier » : une activité avec des acteurs, des matières premières, et des modes de fonctionnement comme la méditation, la re-mémorisation, ou encore le raisonnement.
     
Les savoir-faire sont eux aussi considérés comme une « matière » qui se transforme en des gestes et des comportements particuliers. Ces « matières » peuvent donc être la source et l'aboutissement d’une pensée abstraite et conceptuelle autant que d’une pensée physique, manuelle. Les langues, par exemple, sont des matières abstraites qui façonnent nos pensées par leur logique interne, tout comme les gestes physiques de la main qui accompagnent, ponctuent et ajoutent un double discours à nos pensées exprimées.

Rencontre organisée dans le cadre du cycle « Matières à penser ».

À retrouver dans la WebTV/WebRadio.


Auteur :