0   Commentaires
Brève
Appartient au dossier :

Au moins 3 622 sans-abris à Paris en 2019

La population des sans-abris est mal connue. Une partie d'entre eux vivent dans les rues, mais nombreux sont ceux qui se cachent dans les interstices de la ville. Il est donc difficile de réaliser une photographie réaliste de cette population. L'opération Nuit de la Solidarité à Paris s'y est essayée deux années de suite pour aboutir au nombre de 3 622 sans-abris à Paris, en 2019.
C’est la deuxième fois que la Ville de Paris organise une grande étude quantitative sur la population invisible des sans-abris. Cette opération intitulée « Nuit de la Solidarité », se déroule sur une nuit, au mois de février. Plus de 2 000 bénévoles arpentent les rues de Paris, les parcs, les bois, les talus et abordent les personnes à la rue pour leur soumettre un questionnaire anonyme. Les partenaires institutionnels de l’opération : SNCF, RATP, les gestionnaires de parkings Indigo et SAEMES, l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) et le bailleur social Paris Habitat font de même, au même moment, dans les espaces qu’ils gèrent. 
Dans la nuit du 7 au 8 février 2019, 3 622 personnes sans-abris ont ainsi été recensées. L’an dernier, 3 035 avaient été comptabilisées. Cette augmentation s’explique en partie par l’exploration géographique plus poussée que l’an dernier de certaines zones comme les talus le long du périphérique. Reste que cette étude met en avant un point important : faire coïncider les chiffres de places d’accueil disponibles avec ceux des personnes SDF est un bon début mais il faut que l'offre soit connue et adaptée géographiquement, culturellement...

Ce décompte permet de dresser un état de lieux plus précis. Par exemple, le pourcentage des femmes à la rue avait été estimé à 2 % par l'INSEE en 2012. Les bilans des deux Nuit de la Solidarité portent ce chiffre à 12 %. L’enquête a permis d’établir une carte des zones où le besoin en structures d’accueil est le plus fort. Mais, face à la diversité des trajectoires et des situations, des solutions adaptées sont à inventer. L’information et la médiation sont également à améliorer lorsqu’on constate que deux tiers des interviewés n’ont jamais contacté le 115, le numéro gratuit permettant de demander un hébergement d'urgence ou une aide sociale. La méthode d'enquête s’avère bonne puisque la deuxième édition vient confirmer les constats réalisés en 2018. 

La Nuit de la Solidarité est un outil précieux pour orienter les actions des associations caritatives et infléchir les politiques publiques. Metz en est également à la deuxième édition de cette opération. Grenoble a lancé son enquête le 30 janvier 2019. Rennes et Montreuil s'annoncent intéressées.


Cliquez sur l'image pour la voir, en détail, sur le site Paris.fr
 
Carte du recensement des sans-abris
Source : Nuit de la Solidarité, Mairie de Paris, 2019
Captcha: