0   Commentaires
Publié le

Beaubourg, les génies du lieu 9 : le logo

Etude du logo du Centre Pompidou
©Jean Widmer (ADAGP)/Centre Pompidou, MNAM-CCI, dist. RMN-Grand Palias/Philippe Migeat
Le 31 janvier 1977, un ovni architectural est inauguré sur le plateau Beaubourg. “Ça va faire crier !”, prédit Georges Pompidou, à l'initiative du nouvel édifice provocateur. Quarante ans après, c’est le temps de la reconnaissance des génies du lieu qui n’ont rien perdu de leur profonde originalité et de leur modernité.
(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Créé par Jean Widmer à quelques semaines de l’ouverture du Centre, le logo s’est imposé au fil des ans comme un des symboles forts du Centre Pompidou. Son histoire est riche en rebondissements.

L’équipe VDA, composée des graphistes suisses Jean Widmer et Ernst Hiestand, remporte en 1974 le concours pour l’« image de marque » du Centre. La réponse qu’il fait au cahier des charges suit 3 axes : un code couleur (jaune pour l’administration, rouge pour le Mnam, bleu pour le Cci, vert pour la Bpi et pourpre pour l’IRCAM), une signalétique (verticale), et une typographie (la police de caractères CGP) conçue précisément pour le projet.

Jean Widmer était déjà à l’initiative des logos du Centre de création industrielle (Cci) et de la Bibliothèque publique d’information (Bpi). Pourtant, dans sa réponse au Centre Pompidou, il n’avait volontairement pas proposé de logo : pour lui, un logo ne permettait pas de rendre compte de la pluridisciplinarité du lieu et de la diversité de ses missions. À quelques semaines de l’ouverture, le Secrétaire général Claude Mollard, informe Widmer, qu’avec ou sans lui, le  Centre Pompidou aura un logo pour l’ouverture. Jean Widmer lui répondra du tac-au-tac : « S’il y en a un, ce sera le bâtiment ».
Installé à la terrasse d’un café, face au Centre, Widmer commence à croquer le bâtiment : « 5 barres horizontales, représentant (presque) tous les niveaux, dérangées du bas vers le haut par une « double ligne serpentine », soit l’escalator (la fameuse chenille) » (C. de Smet). Le logo voit enfin le jour : ce sera le bâtiment définissant « l’unité dans la diversité ». À ce croquis initial, la Direction rajoutera par la suite une 6ème barre horizontale, afin de mieux coller à la réalité du bâtiment.

En 1997, le graphiste franco-suisse Ruedi Baur, et son agence Integral Concept, proposent une nouvelle signalétique pour le Centre. Au logo, il propose d’ajouter le typogramme « Centre Pompidou », avec un lettrage espacé pour mieux marquer l’ouverture du lieu. C’est le début d’une controverse. En janvier 1999, la revue Etapes graphiques titre : « Le logo du Centre Georges Pompidou est-il obsolète ? », et fait état des inquiétudes concernant son éventuelle suppression.  
L’Alliance graphique internationale et le personnel de Beaubourg, attachés à ce symbole, se mobilisent, allant même jusqu’à réaliser un tract envoyé au Président de l’époque, Jean-Jacques Aillagon, reprenant le logo « détérioré » de Widmer : « Urgent : non au logo délogé ! ». Personne ne sait réellement si Baur souhaitait la suppression du logo, ou le seul ajout du typogramme ; le logo restera finalement toujours d’actualité.

Au même titre que le Moma et le Stedeljik, le logo du Centre Pompidou est aujourd’hui une référence incontournable du graphisme contemporain. Jean Widmer disait à son propos : il est « un symbole, une courbe du temps, presque un baromètre du développement de l’art et de la culture ». Ironie du sort, à l’occasion de la célébration de son anniversaire, l’élément qui aura perduré à travers l’histoire des 40 ans du Centre Pompidou, c’est lui !

A lire en ligne

Dossier pédagogique du Centre Pompidou
http://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-identite-visuelle/identite02.html

Le logo du Centre Pompidou, blog d'Etienne Mineur
http://www.my-os.net/blog/index.php?2007/04/01/667-le-logo-du-centre-pompidou

Un logo inoxydable, conférence de Philippe Apeloig au Centre Pompidou
http://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.action
Auteur :
Captcha: