0   Commentaires
Image
Publié le

Le jardin à la française : le jardin du château de Vaux-le-Vicomte

Photographie du jardin du château de Vaux-le-Vicomte
Vaux-le-Vicomte, par Jürgen Mangelsdorf [CC BY-NC-ND 2.0] via Flick'r, 2008
Tags :
jardin
De la symétrie du jardin à la française au jardin romantique, du jardin clos au jardin partagé, nous vous proposons cet été de partir à la découverte de ces différents lieux de verdure, autant de déambulations à travers le monde et le temps.
Dépassement du jardin humaniste de la Renaissance, le jardin à la française a pour ambition de porter la nature à son plus haut degré de perfection. Les formes géométriques prennent ainsi le dessus sur les éléments naturels, imposant l’ordre et la symétrie. Dessinée comme un édifice, la structure du jardin est savamment pensée et calculée. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les concepteurs de l’époque possédaient de solides notions d’architecture ! Le jardin classique s’organise ainsi comme un plan, agencé autour d’une allée centrale, majestueuse et rectiligne, qui s’étend vers l’horizon. Parfaitement disposés, les parterres, les bosquets et les bassins se font face et se répondent dans un jeu de miroirs. Le château occupe le point de vue du centre : c’est en effet depuis sa terrasse que s’ouvre la perspective idéale sur les jardins. Cette position régnante sur le paysage vient symboliser la puissance du maître des lieux. En jouant sur les effets d’optique et en s’affranchissant des saisons, le jardin à la française invente une nature domestiquée par l’homme, qui se définit pleinement comme “maître et possesseur”.

Célèbre jardinier du Roi, André Le Nôtre porte à son apogée l'art du jardin à la française. De Vaux-Le-Vicomte à Versailles, il est à l’origine des plus beaux jardins d'Île-de-France, composant des tableaux aux proportions parfaites. C’est à Vaux-Le-Vicomte qu’il réalise son premier jardin à la française. Entre 1652 et 1661, le surintendant Nicolas Fouquet lui confie la création du parc du château, en collaboration avec l’architecte Louis Le Vau et le peintre Charles Le Brun. André Le Nôtre transforme alors quarante hectares de campagne en un paysage unique, géométrique et harmonieux, qui reste encore aujourd’hui l’un des modèles du genre. Louis XIV ne s'y trompe pas et lui confie la réalisation du gigantesque et somptueux parc de Versailles, exaltant le triomphe du roi sur le monde.

Auteur :
Captcha: