0   Commentaires
Brève

Anarchy, un nouvel objet politique médiatique ?

Fiction politique collaborative ? Fiction transmedia participative ? Réseau social de fiction ? Nouvelle écriture interactive ?... Les qualificatifs vont bon train pour définir cette expérience où des internautes ont pu contribuer à l'écriture d'un scénario au fur et à mesure de sa diffusion.
/files/live/sites/Balises/files/Images/Politique/anarchy1.jpg
Anarchy.fr

"C'est le chaos, entrez dans l'histoire!"
La proposition d'Anarchy, c'est d'abord une situation initiale : le 30 octobre 2014, la France sort de l'euro et sombre dans le désordre. Pour éviter une ruée vers les banques, chaque citoyen peut retirer 40 euros par semaine. 
Comment sortir de cette crise économique aux enjeux politiques ? Que reconstruire ? Quel visage donner à ce nouveau monde ? Quel imaginaire y projeter ?
Dans l'esprit de ses concepteurs dont le réalisateur est Boris Razon, directeur éditorial de France 4, cette expérience a vocation à susciter une réflexion "sur le contrat social". Elle s'est inspirée de la crise financière islandaise de 2008.

Chaque jour, les internautes ont pu, à travers leurs propositions, imaginer la suite de l'histoire à travers la vie de cinq personnages. Ces propositions, recueillies sur un site dédié, Anarchy.fr, ont aussi été intégrées à une série d'épisodes télévisés diffusés sur France 4 entre octobre et décembre 2014. Seul le premier de ces huit épisodes de 26 mn a été écrit par des scénaristes. Les auteurs n'y ont d'ailleurs posé que les grandes lignes et le profil des héros. Le récit esquissé : "une fondation belge tente de soulager les habitants hagards, affamés, paniqués sur le territoire français".

En plus d'un site internet alimenté en flux continu et d'une série télévisée, le dispositif interactif comprend un jeu de rôles, un roman et une chronique de presse régulière (articles, brèves, éditoriaux et JT).

Ce projet s'inscrit dans une tendance de l'audiovisuel à placer le public au cœur de l'écriture d'une œuvre et à réactiver la fonction du jeu.
Il est le résultat d'un développement de quatre ans financé par ses quatre producteurs  : France Télévisions, France 4, TelFrance et l'INA et un partenariat avec Le Monde, Alternatives économiques, Les Inrocks et France Inter. Plus de 80 personnes ont été mobilisées : des auteurs, une rédaction, des développeurs, une équipe de tournage... 

La curiosité liée au lancement de ce concept médiatique est maintenant passée. Que ressort-il de cette expérience ? Dans l'attente d'une analyse critique d'"Anarchy" et plus largement d'une étude sur le phénomène des fictions collaboratives, à vous de juger !

 
Captcha: