0   Commentaires
Brève

Disparition de Malek Chebel, défenseur d'un « islam des Lumières »

Né en 1953 en Algérie, le psychanalyste et anthropologue des religions Malek Chebel s’est éteint il y a quelques jours à l’âge de 63 ans. Il était connu pour son engagement en faveur d’un islam libéral, dans la lignée de penseurs comme Mohammed Arkoun.
/files/live/sites/Balises/files/Images/Religions/Malek-Chebel/Malek_Chebel-resize449x600-resize299x400.jpg
Par Esby (talk), 2010[CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Que retenir de Malek Chebel et de son œuvre ?

Avant tout une curiosité insatiable.

Titulaire de 3 doctorats obtenus en psychopathologie clinique et psychanalyse (1980), en ethnologie (1982) et en sciences politiques (1984), il a construit sa pensée à la croisée de la philosophie, la littérature, l’anthropologie, l’histoire et la psychanalyse.

Ensuite une volonté d’aborder l’islam et la culture musulmane sans tabous.

Ses contributions sur la sexualité, l’amour, le désir ou encore l’esclavage en terre d’islam ont été particulièrement remarquées. Malek Chebel défendait un « islam des Lumières », où les sujets les plus divers avaient leur place, loin des interdits, des préjugés et des fantasmes. 

Enfin une envie irrépressible de transmettre.

Séminaires, conférences, émissions de radio, ses interventions ont été nombreuses en France et dans le monde.

Malek Chebel a multiplié les synthèses éclairantes et les introductions didactiques. De son Dictionnaire encyclopédique du Coran à sa collaboration avec les éditions First et leur fameuse collection « Pour les nuls ». De sa traduction du Coran à son Dictionnaire des réformateurs musulmans.

C’est une voix bien singulière qui s’est éteinte. Reste sa pensée et son œuvre, à (re) découvrir sans modération.

→ Retrouvez les ouvrages de Malek Chebel dans le catalogue de la bibliothèque.

Captcha: