0   Commentaires
Article
Appartient au dossier :

Homoparentalité

Dans un contexte très fort d’homophobie, les luttes des homosexuels autour des années 1980 pour la dépénalisation (1982), aboutissent, malgré les « années sida », à la reconnaissance de leur existence en tant qu'êtres normaux, vivant en couple avec une sexualité différente, non pathologique, jusqu'à l'adoption du PACS en 1999. Mais celui ci n'ouvre pas droit pour les homosexuels à l'adoption ni à la PMA, autorisées aux couples hétérosexuels, alors que se fait jour un désir grandissant des couples  homosexuels de s'intégrer à l'ordre familial. Cela bouscule une société longtemps attachée culturellement -voire religieusement- à la famille traditionnelle, et qui, malgré les multiples formes familiales existantes, s'interroge sur les conséquences d'un renoncement à la norme.
/files/live/sites/Balises/files/Images/Sociologie/famille.jpg
Automne français/mariage pour tous by Max Sat [CC BY-NC-ND 2.0] via Flickr
De nombreux pays ont déjà adopté le "mariage (et l’adoption) pour tous", afin de faire entrer dans la légalité les conjoint(e)s et les enfants de ces familles qui vivent comme une discrimination l'absence d'égalité des droits conférés par le mariage dans le domaine de la parentalité et de la filiation. En France, si l'opinion générale semble  prête à accepter le changement, la "bataille" est engagée : à l'Assemblée et dans les manifestations de rue s'opposent les tenants d'un ordre (séculaire) basé uniquement sur des données de filiation "naturelle" impliquant des parents de sexe différent, et ceux qui pensent que, dans les conditions historiques et scientifiques actuelles, la société est mûre pour intégrer ces familles homoparentales, (et) aussi capables d'accéder à la parentalité, avec toutes ses difficultés, que les familles hétérosexuelles.
Captcha: