0   Commentaires
Article
Appartient au dossier :

Conte d'un jour d'été : Le Bistrot du Grand Large

Avec son récit Le Bistrot du Grand Large, Alain Le Goff entremêle différentes histoires imaginées aux confins de la Bretagne. Les récits du bistrot de Marie Le Tallec et de la barque du pêcheur renvoient au fonctionnement des sociétés d’antan.
En marge du cycle « Le pouvoir des mots » organisé par la Bpi en 2019, Balises vous propose durant l'été d'écouter des histoires qui abordent la place du merveilleux et du voyage, mais également les relations entre musique et conte.
Depuis les années quatre-vingt, le conteur Alain Le Goff construit des endroits inverses dans ses contes. « Une espèce d’antimatière » de l’univers dans lequel il vit. Les personnages et les lieux qu’il décrit sont hors du temps. Raconter des contes lui permet de laisser le champ ouvert à la libre interprétation de l’auditeur. La forme du conte est une échappatoire au réel et à un langage imposé. Il collecte des histoires anciennes sur le quotidien de gens ordinaires, sur les relations entre hommes et femmes. Ces contes « renvoient à nos propres croyances, à nos propres manières de voir le monde », précise-t-il.

Le travail du conteur est pour lui à contretemps du monde moderne. Les conteurs sont en lutte contre la parole de masse. Il oppose les récits scientifiques et religieux aux récits des conteurs. Selon lui, la seule manière de laisser le monde ouvert consiste à « investir les lieux de la parole et de la représentation ». Il conclut en ces termes : « les petits lieux de paroles dispersées peuvent créer un autre regard sur le réel ».

Écouter Le Bistrot du Grand Large, conté par Alain Le Goff :
 
Barde breton
Loeiz Ar Floc'h, coll. Hamon, début 20e siècle, domaine public
Cette première rencontre du cycle « Tailleurs d'histoires », organisée en 2009, fait intervenir les conteurs Alain Le Goff et Pépito Matéo ainsi que Christian Salmon, chercheur au CNRS. Alain Le Goff propose sa vision actuelle du conte et Pépito Matéo conte plusieurs histoires tirées de ses spectacles UrgenceParloir et Dernier Rappel

Dans son ouvrage Storytelling, la machine à fabriquer des histoires, à manipuler les esprits, Christian Salmon revient sur les dangers du storytelling dans les nouvelles formes de récit. Il oppose le conte qui laisse libre place à la poésie et à l’interprétation au storytelling dont la construction narrative a pour but de capter l’attention du public. Les modèles du grand récit des conteurs oraux et des récits littéraires sont remis en question par les récits courts. Il parle d’une transformation de la manière de raconter des histoires. Ce qui est menacé dans l’art des conteurs, c’est désormais « l’écologie de l’esprit ». Selon Christian Salmon, « le conteur prend la parole pour ouvrir la voie à des expériences inconnues et d’un autre temps, c’est un vecteur d’expérience ».
 
Le conteur Abbi Patrix explique qu’au cours du renouveau du conte aux États-Unis, une tendance nouvelle apparaît dans l’art de raconter le monde, celle des récits de vie et des récits personnels. En Europe, la fiction et les récits mythologiques et merveilleux sont ancrés dans la tradition du conte. Une transformation a eu lieu dans la matière même de ce qui est conté.

Retrouvez l'intégralité de la rencontre sur la WebTV / WebRadio.
 
Captcha: