Article
Appartient au dossier :

La galerie Les Filles du Calvaire, de Christine Ollier et Stéphane Magnan

Depuis 1996, la galerie Les Filles du Calvaire soutient la photographie aux côtés de la peinture abstraite et des arts vidéos. Née de rencontre d’un industriel, Stéphane Magnan, et d’une directrice artistique, Christine Ollier, la galerie a pour vocation de promouvoir la création contemporaine à l’échelle nationale et internationale.
Notre série estivale consacrée aux galeristes qui ont façonné le marché de l’art depuis la fin du 19e siècle accompagne le parcours Galeries du 20e siècle proposé au sein des collections modernes du Centre Pompidou jusqu’en 2020.
En 1996, la galerie Les Filles du Calvaire ouvre à Paris, en plein cœur du Marais. Sur deux étages, les trois salariés ont pour mission de porter haut une conception originale de la photographie plasticienne, ouverte aux autres arts. « J’avais perçu aux États-Unis l’importance qu’allait prendre le médium, même si à cette époque-là en France il n’intéressait pratiquement personne », explique la cofondatrice, Christine Ollier. C’est d’ailleurs également en 1996 qu’est créée la Maison européenne de la photographie, qui promeut de jeunes photographes. L’objectif consiste à devenir rentable en six ou sept ans. Pari gagné, la galerie rencontre un beau succès au bout de trois ans d’existence.
 
La personnalité de sa fondatrice Christine Ollier et son engagement en faveur de la découverte de nouveaux talents rendent la galerie incontournable dans le monde la photographie. Selon elle, en France, « le niveau artistique est très élevé et la variété d’approches et de styles reste sans équivalent dans le monde ». Les expositions se succèdent, et permettent de découvrir de nombreux artistes : Thibaut Cuisset et ses photographies de paysage, Laura Henno, Corinne Mercadier, Noémie Goudal, Samuel Gratacap, Helena Almeida, Paul Graham, Mohamed Bourouissa...
Les choix artistiques et les thématiques abordées inscrivent durablement la galerie dans le renouveau de la photographie contemporaine. De nombreuses artistes femmes sont exposées, ainsi que des photographes au regard politique (Matthias Bruggmann, Antoine d’Agata…).
La galerie participe également à de nombreuses foires et manifestations, en France comme à l’étranger, asseyant ainsi son poids dans le paysage de la photographie artistique (Paris Photo, Rencontres d’Arles, Unseen à Amsterdam, PhotoLondon PhotoFair Shangaï...). Elle dispose désormais d’une antenne à Bruxelles.
 
Depuis le départ de sa cofondatrice Christine Ollier en 2016, c’est un duo, Marie Magnier et Charlotte Boudon, qui préside aux destinées de la galerie.
La galerie, blanche avec un toit vitré
La galerie Les Filles du Calvaire lors de l'exposition « Échange de vues », 2016

Les artistes

Thibaut Cuisset, Laura Henno, Antoine d’Agata, Corinne Mercadier, Noémie Goudal, Samuel Gratacap, Helena Almeida, Paul Graham, Mohamed Bourouissa, Sophie Ristelhueber, Bernd et Hilla Becher, Robert Adams, Matthias Bruggmann…

Quelques dates

1996 : ouverture de la galerie au 17 rue des Filles-du-Calvaire, dans le 3e arrondissement de Paris
1997 : première participation de la galerie à la foire Paris Photo
2012 : l’exposition « Cosa Mentale », vaste réflexion sur la notion de paysage contemporain, est menée par Christine Ollier à la galerie et dans sept autres institutions en France
2016 : départ de la directrice artistique et cofondatrice de la galerie, Christine Ollier, et arrivée de Marie Magnier et Charlotte Boudon