0   Commentaires

Quelle est la place de l'art gabonais dans la mondialisation ?

Je suis élève en classe de terminale. Je fais un exposé dont le thème est la place de l’art gabonais dans la mondialisation, mais je n’ai pas d’idée concernant le plan de travail ou les ouvrages adéquats.
Couverture du catalogue de l'exposition Beauté Congo
Couverture du catalogue de l'exposition Beauté Congo
Les ouvrages disponibles à la Bibliothèque publique d’information sur ce sujet sont plutôt destinés aux universitaires.

Sur internet, vous trouverez un exemple de dissertation sur le sujet "Le continent africain face au développement et à la mondialisation".

L'effet de la mondialisation dans l'art

"L’art contemporain à l’heure de la mondialisation"
Laurent Wolf, Études, tome 406, 2007
Une capitale mondiale de l’art hors-sol, déterritorialisée, est en train de se construire. On y réalise des œuvres reproductibles dont l’unicité n’est garantie que par un contrat qui en limite le nombre d’exemplaires...
[accéder à l'article]

"Face à la mondialisation du marché de l’art : Paris est-il une ville globale ?"
Raymonde Moulin, Le Débat, n°80, 1994
[télécharger l'article]

"Où en est-on de la mondialisation du marché de l’art ?"
Art Media Agency, Artistik Rézo, 22/07/2014
Le marché de l’art est mondialisé. Des foires sont organisées à travers le monde, des enchérisseurs des quatre coins du monde se pressent dans les salles de ventes new-yorkaises et londoniennes, les entreprises de transport d’œuvres international comptent parmi les acteurs du marché de l’art les plus profitables.
[voir l'article]

Vous pouvez également écouter une émission radiophonique de France Culture :
La mondialisation du marché de l’art 
Frédéric Martel, Soft Power, 2013
Intervenants : Jérôme Sans, Émeric Lhuisset, Nicolas Bourriaud, Jennifer Flay.
[écouter l'émission]

L'art en Afrique

"L’art africain contemporain affole la planète"
Mary Vakaridis, Bilan, 02/04/2017  
Lagos s’impose comme le New York de la scène artistique africaine contemporaine. Concours, festivals et galeries donnent à découvrir des formes d’expression radicalement nouvelles, tandis que les prix grimpent. Visite.
[pour voir l'article]

"Les cultures africaines et mondialisation : le net charrie-t-il une nouvelle domination ?"
Marie-Soleil Frère et Fanny Heuzé, Actuel Marx, 24/09/2007
Par sa capacité de mettre en relation et de véhiculer de l’information, Internet permet à l’Afrique et à ses populations de prendre part aux grands débats qui se jouent au niveau mondial, et donc d’exister et de se positionner ; mais c’est par le biais des subventions, des financements internationaux et des projets élaborés hors du continent qu’il négocie sa participation au vaste système des autoroutes de l'information.
[lire l'étude]

Imaginaire africain et mondialisation : littérature et cinéma
Vincent K. Simédoh et Kasereka Ka Mwenge, L'Harmattan, 2009
Recueil d’articles qui entendent montrer comment les productions littéraires et cinématographiques africaines se constituent en lieu d’accueil de la mondialisation pour en faire une analytique radicale. S’agit-il d’un accueil passif au risque d’une altération aliénante ou plutôt d’une hospitalité active ?
À la Bpi, niveau 3, 791(6) KAV

L'art au Gabon

"Les arts au creuset de la pensée congolaise contemporaine"
Jean-Luc Aka-Evy, Cahiers d’études africaines, 2010
Dans le dégagement de la pensée africaine contemporaine à l’aube des indépendances des pays africains francophones, les écrivains, les artistes et les intellectuels congolais ont joué un rôle essentiel. Il s’agit de retracer ici, aussi précisément que possible, les temps forts de l’émergence de la pensée congolaise post-indépendance.
[lire l'article]

"Gabon : La sauvegarde du patrimoine culturel préoccupe le gouvernement"
Infos Gabon, 05/01/2017
À Libreville, le ministère de la Culture entend organiser un atelier afin de jeter les bases d’une politique nationale permettant la valorisation des biens matériels et immatériels du Gabon.
[pour accéder à l'article]

"Biens culturels : comment endiguer le trafic illicite ?" 
Loïc Ntoutoume, Gabon Review, 17/11/2016
Le Gabon a ratifié nombre de conventions culturelles de l’Unesco, notamment celles de 1954 et 1970 portant respectivement sur la "protection des biens culturels en cas de conflit armé" et celle concernant "les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels". Mais ces outils ne l’épargnent pas de la menace du trafic illicite des biens culturels. 
[article disponible]

"Art in the 1990s : la globalisation du marché de l’art"
Art Media Agency, 06/08/2015
"L'engouement pour l’art contemporain issu du continent africain (...) est assez récent et est issu d’un mouvement plus général de globalisation du marché de l’art. Celui-ci s’est opéré à partir de 1990 sous l’influence de plusieurs facteurs : croissance économique dans certains pays du tiers-monde, mise en place de régimes démocratiques et développement d’Internet et des outils de communication. Comme le souligne Raymonde Moulin : le marché de l’art est devenu un marché mondial, qui ne fonctionne plus comme des marchés nationaux juxtaposés les uns à côté des autres. Cette évolution fut un bouleversement, modifiant profondément le modèle économique du marché de l’art. La notion de globalisation peut être utilisée pour rendre compte de ces bouleversements, il s’agit d’une tendance à l’unification des marchés. Pour comprendre le marché de l’art actuel, il est nécessaire d’interroger cette notion et d’en comprendre les origines mais également d’établir son degré. Cette globalisation est-elle totale ou bien le marché de l’art conserve-t-il une certaine hétérogénéité ?"
[lire l'article en intégralité]

L’exposition Beauté Congo – 1926-2015 – Congo Kitoko de la Fondation Cartier a suscité plusieurs articles que vous pouvez consulter en ligne, comme par exemple :
"« Beauté Congo », l’exposition qui restitue l’énergie débridée de Kinshasa"
Roxana Azimi, Le Monde, 09/07/2015
Chamarrée et musicale, l’exposition qu’abrite la Fondation Cartier, du 11 juillet au 15 novembre, exhorte le visiteur à se défaire de ses œillères pour savourer un art hâtivement qualifié de folklorique, archaïque ou naïf.
[lire l'article en ligne]


Cordialement,

Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information
Captcha: