0   Commentaires

D'où vient l'expression "je te construirai des châteaux en Espagne" ?

Les informations concernant cette expression sont divergentes selon les sources d'information.
Photographie de l4alcazar
Alcazar de Ségovie CC BY 2.0, Wikipedia



Je vous cite tout d'abord l'article Des châteaux en Espagne du Petit dictionnaire des expressions nées de l'histoire de Gilles Henry. Tallandier, 1993
Au XI° siècle, Henri de Bourgogne conquit de nombreux territoires sur les Infidèles, au-delà des Pyrénées, à l'occasion des croisades favorisées par les alliances familiales, l'influence des moines de Citeaux et des papes bourguignons.
Les chevaliers qui l'avaient suivi furent récompensés par les biens qu'il leur distribua - particulièrement des châteaux ; outre que cela garantissait la sécurité des nouvelles conquêtes territoriales, les générations suivantes eurent un exemple à suivre : quel plaisir que de posséder un château en Espagne. L'expression est synonyme de rêves et d'utopie. Bâtir des chateaux en Espagne, c'est faire des projets merveilleux.

D'après le site Francparler.com :

"Bâtir des châteaux en Espagne" : Avoir des projets illusoires, irréalisables.
Cette expression très ancienne (datant du Roman de la Rose - XIIIe siècle) est entrée dans le langage courant au XVIe siècle. Pasquier, en 1531, explique que cette expression prend sa source dans le fait qu'en Espagne, on ne trouve aucun château dans les campagnes : les Maures se trouvaient ainsi sans possibilité de se réfugier dans une demeure assurant leur retraite en toute sécurité.
C'est ainsi que les "châteaux en Espagne" sont devenus la métaphore de ce qui est jugé infaisable. 

Tandis que sur le site Wiktionnaire, on trouve la définition suivante :

Cette expression date au moins du XIIIe siècle (référence dans le Roman de la Rose). Au XVIe siècle, elle fait partie du langage courant. En 1531, Étienne Pasquier l’explique par le fait qu’il n’y avait pas de châteaux dans la campagne espagnole, ce qui empêchait les Maures de disposer d’abris sûrs.

 

Cordialement
BiblioSésame - Bibliothèque publique d'information 
Captcha: