Sélection

Appartient au dossier : Lectures d’été

Lectures d’été 1/10 : 5 robinsonnades

Le personnage de Robinson Crusoé, naufragé sur une île tropicale, est né il y a plus de trois cents ans sous la plume de Daniel Defoe. Depuis, des romans de Jules Verne à la série Lost en passant par Sa Majesté des mouches, la robinsonnade est devenue un genre à part entière mêlant aventure, initiation et dépaysement. Tu vas voir ce que tu vas lire a sélectionné cinq robinsonnades pour nourrir vos lectures estivales.

Retrouvez sur Facebook et Instagram d’autres recommandations faites par Tu vas voir ce que tu vas lire, la page littérature de la Bibliothèque publique d’information.

Publié le 22/06/2020 - CC BY-SA 3.0 FR

Sélection de références

La tempête

La Tempête

William Shakespeare
Gallimard, 1611

Près d’un siècle avant Robinson, William Shakespeare avait déjà inventé ses propres naufragés. Dans La Tempête, jouée pour la première fois en 1611, Prospero, duc de Milan destitué par son frère, se retrouve exilé sur une île déserte avec sa fille Miranda. Lorsqu’il apprend que son frère Antonio et sa cour sont en voyage aux abords de l’île, il décide de se venger, déclenchant une tempête pour faire échouer ceux qui l’ont trahi. Disséminés aux quatre coins de l’île, les naufragés vont devoir affronter leurs propres contradictions, entre vérité et trahison.

Pièce énigmatique, chargée de surnaturel et de symboles, La Tempête explore les mécaniques du pouvoir et de ses artifices dans un subtil jeu de miroitements. Prise entre réalité et illusion, l’île shakespearienne se lit comme un théâtre à l’image du monde.

À la Bpi, niveau 3, 820″15″ SHAK 4 TE
Accéder à la pièce dans son intégralité

L'île mystérieuse

L'Île mystérieuse

Jules Verne
Le Livre de poche, 1874

Alors qu’ils ont fui en ballon la guerre de Sécession qui fait rage aux États-Unis, Cyrus Smith et ses quatre acolytes sont pris dans une violente tempête. Jetés sur les rives d’une île déserte au milieu du Pacifique, ils décident de s’installer le plus confortablement possible en espérant des secours. Mais leur rationalité se heurte à d’étranges événements qui leur donnent l’impression que l’île agit selon sa volonté propre et qu’une force inconnue veille sur eux…

L’Île mystérieuse est une des robinsonnades les plus rigoureuses qui soient, presque un manuel de survie à avoir sur soi en cas de naufrage. Débrouillards et versés dans toutes les sciences, les cinq héros s’improvisent aussi bien forgerons que chimistes, agriculteurs ou encore architectes et recréent à eux seuls une micro-société industrielle, finalement bien éloignée des rudimentaires constructions de Robinson.
Éloge de la camaraderie et du travail, L’Île mystérieuse porte des valeurs très ancrées dans son époque mais brille du talent de conteur exceptionnel de Jules Verne, chantre de la technologie et du génie humain.

À la Bpi, niveau 3, 840″18″ VERN 2
Accéder au roman dans son intégralité
Télécharger le livre numérique

Sa Majesté des mouches

Sa Majesté des mouches

William Golding
Gallimard, 1954

Où se situe la frontière entre la civilisation et le retour à une brutalité animale ? Cette question, centrale dans la plupart des récits inspirés par Robinson Crusoé, a rarement été aussi puissamment illustrée que dans Sa Majesté des mouches, du prix Nobel anglais William Golding.

Ses héros, un groupe d’enfants rescapés d’un accident d’avion sur une île déserte, se trouvent vite scindés en deux, divisés entre les partisans du maintien de règles de vie et les adeptes de la loi du plus fort et de l’oisiveté. Ce conflit, qui se cristallise autour de la question du feu et de la chasse, culmine dans des scènes où la terrible cruauté des enfants donne lieu à de nouveaux rituels, fondateurs d’une inquiétante société barbare.

Scandant le récit de ce redoutable glissement par des images d’une force visuelle presque hallucinatoire, William Golding signe une robinsonnade particulièrement pessimiste, qui révèle ce que la nature humaine a de plus sombre.

À la Bpi, niveau 3, 820″19″ GOLD 4 LO

L'île

L'Île

Robert Merle
Gallimard, 1962

L’odieux capitaine Burt a infligé une humiliation de trop : sur le Blossom, une mutinerie éclate. Matelots et officiers, ensemble, partagent la responsabilité du meurtre du tyran. Tous le savent : s’ils retournent en Angleterre, cet acte leur vaudra la pendaison. Accompagnés d’une poignée de Tahitiens et de Tahitiennes, ils décident alors de se retrancher sur une île déserte et tentent d’y instaurer une société équitable. Mais la rancœur des matelots, décidés à se venger d’années de soumission aux officiers, et leur mépris éhonté envers les Tahitiens va rapidement diviser les vingt-sept robinsons en factions irréconciliables.

Avec un talent de conteur hors-pair, Robert Merle signe un roman de survie d’une densité remarquable où la politique prend peu à peu le pas sur la robinsonnade. Porté par une tension sans cesse renouvelée, L’Île examine les conditions de l’avènement d’une tyrannie, et interroge les modalités d’une possible résistance pacifique lorsque la violence embrase tout. Rappelant à la fois les discours de Rousseau sur la propriété et les réflexions contemporaines sur la banalité du mal, Merle renouvelle brillamment les codes du roman d’aventure.

Vendredi ou la Vie sauvage

Michel Tournier
Gallimard, 1971

Échoué sur une île déserte au large de l’Amérique du Sud, seul survivant d’un naufrage, Robinson sait qu’il n’a que peu de chances d’être secouru un jour. Après avoir organisé son quotidien, la lassitude le guette, et avec elle la tentation d’une dangereuse oisiveté. Pour ne pas y céder, Robinson se force à conserver un rythme strict et à respecter des règles austères qui le rapprochent de la civilisation qu’il a quittée. Mais sa rencontre avec Vendredi, autre habitant de cette île, va bousculer ses certitudes.

Reprenant fidèlement la trame du roman de Defoe, Vendredi ou la Vie sauvage en réaffirme la portée philosophique par l’intermédiaire de Vendredi. Par la confrontation entre les deux modes de vie de ses héros, Michel Tournier interroge à la fois notre rapport à l’altérité et notre besoin paradoxal de carcans sociaux pour nous sentir libres. Petit roman d’une grande richesse et d’une profonde poésie, Vendredi ou la Vie sauvage reste une des plus belles réécritures du mythe de Robinson.

À la Bpi, niveau 3, 840″19″ TOUR 4 VE