Image
Appartient au dossier :
Publié le

Des plantes intelligentes ? L'acacia

une branche d'accacia
Acacia_nigrescens, par JMK [CC BY-SA 3.0] via Wikipedia
L'acacia augmente le taux de tanins dans ses feuilles en réponse à une attaque d'herbivore et avertit ses congénères du danger. Cette stratégie de défense résulte-t-elle d'une forme d'intelligence végétale ? Parler d'intelligence pour une plante, qui ne dispose ni d'un cerveau ni d'un réseau de neurones, est probablement un abus de langage. Cela permet cependant d'attirer l'attention sur les formidables capacités des plantes à réagir et à collaborer. Cela contribue également à changer notre point de vue sur ces formes qui représentent 99 % du vivant de la planète. Balises vous présente les étonnantes propriétés de quelques végétaux.
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

L'acacia d'Afrique, qu'il s'agisse d'Acacia nigrescens ou de Acacia caffra, est parfaitement adapté à son environnement : il résiste aux sécheresses, son bois dur le protège des attaques de termites et ses redoutables épines repoussent bon nombre d'assaillants. Mais sa meilleure stratégie de défense est invisible. Elle a été découverte accidentellement.

Dans les années quatre-vingts, des éleveurs de koudous de la province sud-africaine du Transvaal notent un taux de mortalité anormal de leurs bêtes, dans de nombreuses fermes de la région. Les koudous décédés semblent en bonne santé et ne présentent pas de traces d'attaque ni de signes de dénutrition. 
Les scientifiques s'intéressent à ces morts suspectes et pratiquent des autopsies qui confirment que les animaux ne sont morts ni de maladie, ni de parasites, ni de faim ou de soif. Seul indice : leur estomac contient des feuilles d'acacia. Le zoologiste Wouter van Hoven constaste un taux élevé de tanins sur les feuilles des acacias à proximité des bêtes, mais aussi sur quelques arbres plus éloignés. Il en conclut que l'acacia augmente la concentration en tanins de son feuillage en réaction à l'attaque des herbivores, ce qui a pour effet d'inhiber la digestion. ​Pour autant, l'acacia n'est pas un tueur. L'augmentation de la concentration en tanins est détectable par les herbivores qui s'éloignent alors pour chercher une autre source d'alimentation plus saine. Les koudous en captivité n'avaient pas ce choix.

Wouter van Hoven va plus loin encore. Pour lui, l'acacia avertit ses congénères. En effet, des acacias qui n'ont pas été broutés présentent également un taux élevé de tanins. Pour le prouver, il simule une attaque en prélevant quelques feuilles et recouvre les branches de sacs plastiques. En analysant l'air recueilli, il constate que l'arbre libère des substances chimiques volatiles (éthylène) pour communiquer les informations, un peu comme le feraient les phéromones des animaux. 

Cette histoire sur les propriétés de l'acacia a beaucoup circulé et a été reprise par des botanistes pour démontrer la stratégie ingénieuse des plantes qui constituerait une forme d'intelligence. Mais elle divise les scientifiques car d'autres experts estiment que cette analyse est le fruit d'une surinterprétation et que les réactions des plantes sont propres à leur constitution végétale.

Auteur :