Publié le
28/03/2019
Vidéo
Appartient au dossier :

François Tosquelles, psychiatre humaniste

La rencontre « Saint-Alban et la naissance de la psychothérapie institutionnelle » qui a eu lieu à la Bibliothèque publique d’information le 25 février 2019, présente le parcours et la pensée du psychiatre catalan François Tosquelles.


En 1939, alors que la guerre civile espagnole touche à sa fin, François Tosquelles, républicain, trouve refuge en France dans le camp de concentration de Septfonds où les compétences professionnelles des espagnols sont recensées dans le but de leur fournir un travail. Jeune diplômé en psychiatrie, il rejoint l’hôpital de Saint-Alban-sur-Limagnole en Lozère. Il y est accueilli par les psychiatres « progressistes » comme Paul Balvet. La Seconde Guerre mondiale soumet les patients au rationnement alimentaire et à des conditions de vie rudes. Le psychiatre catalan cherche de nouvelles méthodes pour « humaniser » les soins donnés. Nourrir les malades est la priorité. Il décide d'envoyer les patients aux travaux des champs pour ramasser des légumes contre rétribution des fermiers. Ensuite, il demande au personnel hospitalier de travailler de pair avec les patients pour que ceci se sente mieux sur le plan psychique. « Tosquelles entend lutter contre le gardiennage désabusé », précise Lise Gaignard, psychanalyste. C'est de l'« émulation intellectuelle » entre François Tosquelles, Lucien Bonnafé et Georges Daumezon, dont nous parle Pierre Delion, pédopsychiatre et psychanalyste, que naît la psychiatrie institutionnelle. Ces psychiatres créent notamment le « groupe du Gévaudan » pour réfléchir à la psychiatrie de secteur.





Rencontre organisée dans le cadre du cycle "Psychiatrie, psychanalyse et malaise social"
 

À retrouver dans la WebTV / WebRadio
 

Auteur :
CC BY-NC-SA 4.0