0   Commentaires
Image
Appartient au dossier :
Publié le

Vivre low-tech 2/5 : le capteur à air chaud

Capteur à air chaud
Capteur à air chaud, photo : Low-tech Lab
Tags :
environnement

La deuxième image de notre série présente un capteur à air chaud. Il permet de chauffer naturellement un habitat grâce au soleil.
Une low-tech, de l'anglais « low technology » (« basse technologie »), est un système simple et accessible en terme de coût et de savoir-faire qui permet de répondre à un besoin de base : accès à l’eau, à l’énergie, à l’alimentation. C’est aussi une philosophie fondée sur la coopération et sur un mode de vie sobre et durable.

​En marge de la rencontre « Osez les low-tech » organisée par la Bibliothèque publique d'information en juin 2019, l'ingénieur Pierre-Alain Lévêque présente à Balises quelques innovations conçues avec le Low-tech Lab, un projet collaboratif visant à promouvoir les low-technologies, dont il est co-fondateur.


 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Pour chauffer naturellement leur habitat, Pierre-Alain Lévêque et le collectif Low-tech Lab ont construit un capteur à air chaud. Ce dispositif, positionné sur la façade sud de la maison, permet d'optimiser la production de chaleur en hiver grâce au rayonnement solaire.

Ce système est composé d’un cadre à l’intérieur duquel se trouve une vitre posée sur un lit d’ardoise. L’ardoise est un corps noir naturel idéal pour capter et retenir la chaleur. Derrière l’ardoise, un petit circuit permet à l’air de circuler entre la maison et le système. L’air de la maison s'infiltre par le bas du système et est chauffé par les ardoises, qui sont elles-mêmes chauffées par le soleil. Une pompe naturelle se forme, l’air remonte tout seul et rentre dans la maison en haut du capteur à une température d’environ 50 degrés. L’air de la maison retourne dans le système par le bas et ainsi de suite.
Nous avons testé le capteur alors que le thermomètre extérieur affichait 6 degrés et nous avons réussi à envoyer de l’air à 70 degrés dans la maison. Par ailleurs, quelques heures d’ensoleillement quotidiennes suffisent.
Ce principe de capteur à air chaud peut être appliqué à n’importe quel type d’habitat. Il coûte environ 200 euros et permet de gagner 5 à 7 degrés à l’intérieur. C’est assez simple à construire car il n’y a aucune partie électronique, simplement une boîte et de l’ardoise.
 

En savoir plus :

Découvrez le projet du Low-tech lab
Assistez à la rencontre sur les low-tech à la Bpi

Auteur :
Captcha: