Brève

Appartient au dossier : Le télétravail, pour qui et pourquoi ?

35 % des ouvriers travaillent sur site pendant le confinement

Le confinement a imposé une suspension totale des activités professionnelles à 45 % de la population active. Pour ceux qui peuvent exercer, le télétravail n’est pas la norme : il ne concerne que 24 % des actifs entre mars et avril 2020. La situation varie en fonction du domaine d’activité mais aussi, pour une grande part, en fonction de la catégorie socioprofessionnelle.

Seuls 7 % des actifs issus de catégories socioprofessionnelles modestes (CSP-) ont la possibilité d’exercer leur activité en télétravail, contre 42 % des CSP+ et 57 % des cadres. C’est ce qu’a montré une étude réalisée par Odoxa – Adviso Partners pour France Bleu, France Info et Challenges, publiée le 9 avril 2020.

Parmi les 29 % d’actifs qui se rendent sur leur lieu de travail pour exercer, 35 % sont des ouvriers et 31 % font partie des CSP-. Si l’on fait la somme de ces deux catégories socioprofessionnelles, 66 % des actifs qui se rendent régulièrement sur leur lieu de travail pendant le confinement font donc partie des populations modestes, alors que seuls 25 % des CSP+ affirment eux aussi se déplacer fréquemment jusqu’à leur lieu d’exercice.

Parmi celles et ceux qui doivent se rendre sur leur lieu de travail, près de trois quarts affirment avoir peur d’y être contaminés par le Covid-19 – nombreux sont celles et ceux que leur profession met au contact du public pendant cette période. Le fait de ne pas pouvoir exercer son activité en télétravail engendre d’autres problèmes concrets tels que la garde des enfants et leur accompagnement scolaire à domicile, ou encore des difficultés pour se déplacer liées à la réduction du nombre de transports en commun sur l’ensemble du territoire, et particulièrement en Île-de-France.

Par ailleurs, 56 % des Français appartenant à des catégories populaires ont complètement arrêté leur activité depuis le début du confinement. La pandémie de Covid-19 accentue donc les inégalités sociales de manières diverses, mais flagrantes.

Publié le 04/05/2020 - CC BY-NC-SA 4.0

Sélection de références

France Bleu | Étude : les Français et le confinement dans le monde du travail

France Bleu | Étude : les Français et le confinement dans le monde du travail

Le baromètre des territoires réalisé en avril 2020 par Odoxa-Adviso Partners pour France Bleu, France Info et Challenges s’intéresse aux conséquences du confinement dans le monde du travail.

Le Monde | Le nombre de chômeurs en France bondit de 7,1 % en mars 2020

Le Monde | Le nombre de chômeurs en France bondit de 7,1 % en mars 2020

La récession qui touche notre économie commence à se lire dans les statistiques relatives au marché du travail. Au premier trimestre 2020, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A de Pôle emploi) est reparti à la hausse : + 25 100 sur l’ensemble du territoire (outre-mer compris), soit une progression de 0,7 % durant les trois premiers mois de l’année, d’après les chiffres publiés, lundi 27 avril 2020, par la direction de la recherche du ministère du Travail (Dares).

Statista | Situation professionnelle des confinés par CSP en France

Statista | Situation professionnelle des confinés par CSP en France

Ce graphique montre la répartition de la situation professionnelle des Français lors du confinement lié à l’épidémie de coronavirus (Covid-19) en mars 2020, selon la catégorie socioprofessionnelle (CSP). Il apparaît ainsi que les cadres ont été beaucoup plus nombreux à pouvoir poursuivre leur activité que les ouvriers et employés. Parmi les actifs qui ont pu continuer d’exercer, 61 % des cadres et professions intellectuelles pratiquaient le télétravail, alors que 42 % des ouvriers allaient travailler sur leur lieu d’activité.

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet