Article

Appartient au dossier : Les hypermarchés : 50 ans d’existence

50 ans d’histoire des hypermarchés
Retour en arrière

Par définition, l’hypermarché est une grande surface de vente au détail d’un minimum de 2 500 m2 qui propose des marchandises majoritairement alimentaires en libre-service. Mais le nom “hypermarché” n’apparaît qu’en 1966. 

le premier hypermarché
Le premier hypermarché Carrefour, Sainte-Geneviève des Bois, 1963 © Carrefour

Lorsqu’il ouvre, en 1963, le Carrefour de Sainte-Geneviève des Bois affiche simplement sur sa devanture : GRAND MAGASIN. Les journalistes le renomment rapidement “l’usine à distribution” ou “l’usine à vendre”. 

L’ouverture du premier hypermarché en 1963

caisses.JPG
1963 : lignes de caisses du 1er hypermarché Carrefour à Sainte Geneviève des Bois © Carrefour

Le magasin propose une surface de 2500 m2 de marchandises, 18 caisses automatiques dont la plupart pourvues de tapis roulant,  un parking de 400 places, une pompe à essence, des files de chariots à roulettes, des avalanches de promotions et des prix bas de 15 à 20% moins chers. Mais surtout, on y trouve, sous le même toit, des produits frais, de l’épicerie, du bazar, du textile et de l’électroménager. C’est ce qui fait la spécificité de cet hypermarché dit “à la française” par rapport aux commerces américains en libre-service.

L’ouverture est largement commentée. Les critiques pleuvent : trop grand, des lumières et des couleurs criardes, trop de bruits… Tout paraît démesuré, excessif. Et pourtant le succès est immédiat. Les clients viennent en masse, parcourant jusqu’à 40 km en automobile, rassurés par la perspective de réaliser les achats dans un seul magasin et à bon prix. Finalement, le prix moyen du panier en hypermarché est largement supérieur à celui du supermarché. Il faut noter que les consommateurs de 1960, encore marqués par la peur du manque dans le domaine alimentaire, sont séduits par la variété de l’offre à prix bas. De plus, ils bénéficient de biens d’équipement (le réfrigérateur et l’automobile) et de moyens financiers qui contribuent au succès de cette révolution du mode de consommation.

La propagation du modèle

Commence alors la conquête des espaces et la guerre des mètres carrés. En 1964, Leclerc ouvre un hypermarché à Landernau, et Carrefour s’installe à Vénissieux en 1966 avec une surface de vente de 9 500 m² et 2 000 places de parking, proposant 50 caisses alignées et plus de 20 000 produits. La surface des hypers est communément proche des 6 000 m² mais peut atteindre les 12 000 m². En 1972, il y a déjà 124 hypermarchés en France, 1 000 en 1993 et en 2011, on atteint les 1 880 hypermarchés, soit près de 10 millions de mètres carrés et ce sont 50 000 références de produits qui sont proposés dans les linéaires !

Deux démonstrations vidéos du succès de l’hypermarché

L’essor de la grande distribution (dont les hypermarchés) du point de vue d’une journaliste de l’ORTF en 1969.

Publié le 12/06/2013 - CC BY-SA 4.0

Sélection de références

Carrefour ou l’invention de l’hypermarché

Christian Lhermie
Vuibert, (2ème édition), 2003

L’auteur retrace 40 années de l’histoire de la société Carrefour. Christian Lhermie utilise l’exemple de cette société particulièrement innovante (il parle du “quart d’heure d’avance” de Carrefour pour nous expliquer les raisons de la naissance et de l’évolution de la formule de vente hypermarché. L’ouvrage commente les orientations stratégiques prises par l’entreprise au cours de son développement et fournit également  des annexes statistiques et financières et les dates clefs de l’histoire de Carrefour.
A la Bpi, niveau 2, 339.7(44) LHE

Naissance de l'hypermarché

Jean-Marc Villermet
A. Colin, 1991

Un livre un peu ancien mais qui reste intéressant sur le sujet. Une histoire de la création de Carrefour dans les années soixante, les années de la croissance et de la modernité en matière de distribution commerciale.
A la Bpi, niveau 2, 339.7(44)

le site de savoirs.essonne

Tout sous le même toit : l'invention de l'hypermarché

L’Essonne a accueilli le premier hypermarché sur la commune de Sainte-Geneviève-des-Bois, en 1963.
Retour sur une étape clé de l’histoire de la grande distribution Jusqu’où faut-il empiler pour revendre le plus bas possible ?

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet