Sélection

Christo et Jeanne-Claude, joyeux nomades

En juillet 2020, Christo aurait dû inaugurer l’exposition « Christo et Jeanne-Claude : Paris ! » que le Centre Pompidou consacre jusqu'en octobre à son duo avec Jeanne-Claude et à laquelle il avait grandement collaboré. Malheureusement, l’artiste est décédé le 31 mai à 85 ans. Balises vous propose quelques ouvrages pour (re)découvrir l'œuvre de Christo et Jeanne-Claude.
Christo n’est pas seulement le prénom de l’artiste Christo Vladimiroff Javacheff, c’est surtout le nom du duo d’artistes qu’il a formé avec son épouse, Jeanne-Claude Denat de Guillebon. Ils se rencontrent à Paris en 1958. Après des études aux Beaux-arts de Sofia, Christo fuit le régime communiste bulgare pour échapper à la répression et à la censure. Jeanne-Claude Denat de Guillebon, née au Maroc le même jour que son mari, est elle aussi plasticienne de formation. 

En 1964, ils s’installent à New York et développent leur collaboration artistique. Explorer les surfaces est le point de départ des intentions de Christo, qui commence par emballer des objets de toutes sortes, par exemple des toiles peintes. Puis, Christo imagine d’emballer des paysages et des monuments. Le duo recherche la beauté de l’objet et le plaisir visuel qu’il procure aux spectateurs. Ils auto-financent leurs réalisations grâce à la vente des dessins et de maquettes de leurs projets. Ces travaux d’envergure sont aussi une manière de créer du collectif, véritable entreprise dans laquelle se côtoient ouvriers, étudiants, ingénieurs... et surtout d’installer l’art dans la rue, dans la nature, le rendant accessible au plus grand nombre.  
Le pont Neuf emballé par Christo
Christo et Jeanne-Claude, The Pont Neuf Wrapped, Paris, 1975-85. Photo: Wolfgang Volz
Leur première œuvre grandiose a été réalisée en 1972, après vingt-huit mois de préparation et d’installation : il s'agit du Valley Curtain, un rideau safran de 13 000 mètres carrés de nylon tissé orange, soit 351 mètres de large et 111 mètres de haut, barrant une vallée entière dans l'État du Colorado, aux États-Unis. Christo encercle ensuite les îles de la baie de Biscayne à Miami d'une ceinture en polypropylène rose fuchsia.
C’est à Paris, ville chère à leurs yeux, qu’ils décident d’emballer et plus précisément d'empaqueter leur premier monument. Le choix du pont Neuf n’est pas anodin : c'est le plus vieux pont de Paris, mille fois peint par de grands artistes. Christo et Jeanne-Claude mettent dix ans à aller au bout de ce projet, qui est un grand succès avec plus de trois millions de visiteurs. Suivent l’emballage du Reichstag à Berlin en 1995, The Gates à Central Park en 2004, The Floating Piers sur le lac Iseo en Italie en 2016… 

La devise de Christo a toujours été :
« Je crée des œuvres complètement irrationnelles, irresponsables, sans justification. En même temps, elles concernent des milliers d’individus qui sont engagés dans un geste poétique... »

Christo et Jeanne-Claude ont réussi à transmettre à travers leurs œuvres ce qui les a toujours portés et inspirés : être nomades et libres, émerveiller et donner de la joie.