Vidéo

Carl Norac, poète national

Invité du festival Effractions 2021, le poète belge Carl Norac présente son recueil de poésie Un verre d’eau glacée (2021) qui traite de la solitude de l’écriture, ses voyages en Europe et les défaillances de sa mémoire. En prolongement du festival littéraire Effractions 2021, Balises vous propose pendant l’été une sélection de quatre rencontres autour de la poésie engagée, de la mémoire collective et du temps.

Après vingt ans passés dans le Loiret en France, Carl Norac retourne en Belgique et s’installe à Ostende à la recherche d’inspiration pour ses poèmes. Son recueil Un verre d’eau glacée est un journal intime sur ses premières années de vie dans cette ville où il est surnommé par les habitants « celui qui est arrivé sur la première vague venant de la mer ».

Le titre du recueil fait référence au poème Je t’offre un verre d’eau glacée du poète belge Odilon Jean-Périer dont il s’inspire, reprenant notamment sa « la poétique du jeu ». La poésie de Carl Norac ne cherche pas à décrire le monde, elle le façonne à son image. À travers ses poèmes, il parle de son parcours de vie et de la construction de son enfance. « Il faut tant de nuits pour faire un homme », explique t-il. En faisant appel à sa mémoire qui, selon lui, ne fonctionne « qu’un pas sur deux », il nous partage des souvenirs de fugue, de promenades dans les dunes, évoque une chanson de Lou Reed écoutée à Berlin ou le fantôme de Marvin Gaye qui a séjourné une année à Ostende. Face à ce qu’il appelle son burn in, il cherche à ralentir le temps et demande à son corps d’attendre pour « mieux mentir à la mort et à la vie ensemble ».

« Je me suis éloigné, j’ai fleuri autre part (…) Attends encore un peu mon corps, le temps d’un verre d’eau glacée.»

Carl Norac

Un verre d’eau glacée rend hommage aux écrivains voyageurs et particulièrement à Saint-Exupéry, Nicolas Bouvier et Blaise Cendrars. Comme eux, il se met en quête de ce qu’il nomme « l’or du temps ». Il entreprend des voyages en Inde, en Indonésie, au Québec et au Sénégal. Ces terra incognita lui procurent à la fois « une illusoire échappée loin du monde » et un idéal de liberté auquel il aspire.

Publié le 12/07/2021 - CC BY-NC-SA 4.0

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet