Sélection

Dans la bulle de Cy

Dessinatrice et illustratrice pour le site Mademoizelle.com, Cy livre depuis 2013 ses strips d’humeur et d’humour sur les mœurs de ses contemporains. Elle a en outre publié Le Vrai Sexe de la vraie vie et, en 2020, Radium Girls

À l’occasion du jeudi de la BD qui lui est consacré en avril 2021, elle présente à Balises les œuvres et artistes qui l’inspirent. 

Publié le 19/04/2021

Contes russes

Ivan Bilibine, Luda
Seuil, 2012

Quand j’étais jeune, j’étais tombée sur des contes russes avec des illustrations qui m’avaient marquées. Elles s’étaient faites une petite place dans un coin de ma tête avant d’entrer en sommeil. Et puis, tout récemment, pendant que je zonais sur Pinterest, je suis retombée sur le travail d’Ivan Bilibine. J’ai compris pourquoi elles m’étaient restées. La beauté étrange de ces illustrations qui réunit mon amour pour l’Art Nouveau, Mucha, les vitraux… Le travail de Bilibine est assurément un des supports actuels de mes réalisations à l’encre.

Fables nautiques

Marine Blandin
Delcourt, 2011

Chaque année je relis cette BD, comme une rengaine. J’ai quarante albums de BD  qui attendent d’être lues dans ma bibliothèque, mais non, je reprends celle-là. Sans chichis, avec légèreté, Marine Blandin nous campe une dystopie dans une piscine municipale, où la clé du casier perdue est le sésame de sortie. C’est frais, c’est beau, c’est intelligent.

À la Bpi, niveau 1, RG BLA F

 

Cet été-là

Jillian Tamaki, Mariko Tamaki
Rue de Sèvres, 2014

Toute la complexité de narrer un des moment clé d’une vie : le passage à l’adolescence. On suit Rose et sa copine Windy sur l’été qui marque cette bascule. La justesse des personnages, la légèreté de la narration sans alléger le propos, le trait hyper expressif, fait de cette BD un must have.

À la Bpi, niveau 1, RG TAM C

Magali Cazo

Une découverte récente ! Mais depuis que j’ai découvert le travail de Magali Cazo, je ne cesse de me faire happer par son univers et ses paysages. Je pourrais regarder pendant des heures ses vidéos où elle manie comme personne la capillarité de l’encre. Je sens une véritable honnêteté dans sa démarche d’aller chercher à l’essence sans faire de poncifs ; ça me va droit au cœur tout en me faisant des guilis au cerveau.

La Tour des anges

Philip Pullman
Gallimard, 2007

La saga qui m’a mise à la lecture. Première fois de ma vie que je dévorais une saga, que j’allais autant « ailleurs ». Mais c’est en la relisant, que je compris le génie de Philip Pullman : la double lecture, la satire de l’ordre religieux qui m’était, enfant, passée à mille km, l’univers et les personnages non manichéens… Un vrai bon moment.

À la Bpi, niveau 3, RI PUL A 2

Pour aller plus loin

Radium girls

Cy
Glénat, 2020

En 1918, Edna Bolz est engagée comme ouvrière à l’United State Radium Corporation, une usine qui fabrique des montres pour l’armée. Toute la journée, elle peint les cadrans à la peinture phosphorescente. Mais après la journée de travail, elle s’amuse avec ses collègues à se peindre les ongles, les dents ou le visage avec la peinture au Radium, sans se douter de ses propriétés radioactives. Les problèmes de santé se multipliant, elle cherche à en comprendre la cause.

Jeudi de la BD : Cy | Bpi (2021)

La dessinatrice française revient sur le destin des ouvrières de l’United State Radium Corporation. Dans le courant des années 20, les ouvrières de cette usine de montres peignent les cadrans à l’aide de la peinture Undark, une précieuse substance luminescente. Mais elles ignorent que, derrière ses propriétés étonnantes, le Radium, qui compose cette peinture qu’elles manipulent toute la journée et avec laquelle elles jouent, est en réalité mortel. Et alors que certaines d’entre elles commencent à souffrir d’anémie, de fractures voire de tumeur, des voix s’élèvent pour comprendre. D’autres, pour étouffer l’affaire…

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet