0   Commentaires
Chronologie
Appartient au dossier :

Quand la loi cherche à encadrer la folie

Les textes officiels en psychiatrie se sont multipliés ces deux derniers siècles pour prendre en compte les éléments nouveaux qui surgissent de l’étude des troubles mentaux et des pratiques en psychiatrie, et pour s’adapter au contexte sociétal. Ces lois concernent la protection des droits du malade, l'insertion des malades dans la société ou encore l’organisation du parcours de soins et la formation des soignants. Balises vous propose quelques repères pour accompagner la rencontre Trente ans de réformes de la psychiatrie, pour quel avenir ?, organisée par la Bpi le 1er avril 2019.

La place des personnes « insensées » dans la société ainsi que le traitement à leur réserver sont des questionnements récurrents, longtemps considérés d'un point de vue sécuritaire (protection de la société et de la personne) en raison de l'absence de reconnaissance médicale et de traitements adaptésEn 1808, en Allemagne, le terme de psychiatrie est utilisé pour la première fois pour désigner une spécialité médicale reposant à la fois sur un traitement psychologique et chimique. Avec la reconnaissance de la psychiatrie, le respect des droits fondamentaux du patient en psychiatrie et l’organisation de la prise en charge s’imposent peu à peu dans le débat législatif. En France, la psychiatrie, une branche de la neurologie, devient une spécialité en fin du 19e siècle.


Les lois successives qui encadrent la prise en charge psychiatrique en France révèlent un pan de l'histoire de cette discipline. Elles se font notamment l'écho des tensions qui ont toujours existé dans la considération des malades. Elles cherchent un équilibre entre les pouvoirs notamment pour les enfermements contraints, posent un cadre pour les dispositifs de traitements par la parole, les médicaments ou la chirurgie, ou encore la planification des soins à l'échelle nationale.


Captcha: