Son

Gérard Grisey, Le noir de l’étoile (extrait)

La musique spectrale de Gérard Grisey poursuit la “conquête du son” amorcée dès le début du vingtième siècle par des compositeurs comme Scriabine, Debussy ou Messiaen ; puis surtout, plus tard, par les recherches de Ligeti et Scelsi.

Gérard Grisey, Les Espaces acoustiques ; Le Noir de l’Etoile
Chez Gérard Grisey, cette conquête du son rencontre une interrogation à la fois anthropologique et cosmologique. En 1990, il écrit une pièce pour six percussionnistes et transmission de signaux astronomiques (ou pulsar, émis par “l’explosion de supernova ayant jadis désintégré des étoiles massives”, selon Jean-Pierre Luminet, astrophysicien qui a assisté Gérard Grisey pour la création du Noir de l’Etoile). En découle un dialogue entre les musiciens et une étoile morte il y a longtemps très, très loin de nous, mais dont le signal nous parvient encore.
À la Bpi, Niveau 3, Espace Musique, 78 GRIS

Gérard Grisey, Le noir de l’Etoile (extrait)

Publié le 30/04/2013

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet