Image

Appartient au dossier : Être ingénieur aujourd’hui

Ingénierie durable 1/3 : le pilotage de l’éclairage public

Les allumeurs de réverbères ont depuis longtemps été remplacés par des solutions électroniques de gestion de l’éclairage public. Ces dernières encourageraient l’économie de moyens et d’énergie.
Balises vous présente trois tendances de l’ingénierie qui visent à réduire l’impact environnemental des innovations, pour accompagner la rencontre sur les évolutions du métier d’ingénieur organisée par la Bpi en février 2021.

Une ville d'en haut la nuit
Nastya Dulhiier sur Unsplash

Cliquer en haut à droite pour agrandir l’image.

La gestion à distance, une solution écologique

Certains systèmes de gestion de l’éclairage public sont locaux : des horloges déclenchent l’allumage et l’extinction d’un réverbère ou d’un secteur à une heure donnée. D’autres systèmes sont gérés à distance : on parle alors de pilotage de l’éclairage public. Ces solutions, qui envoient des données vers les lampadaires, permettent d’adapter l’éclairage aux conditions extérieures, principalement aux changements météorologiques.

La télégestion de l’éclairage, c’est-à-dire la réception de données en provenance des lampadaires, permet quant à elle de repérer rapidement un problème (une panne, par exemple) pour faciliter la maintenance. Le pilotage et la télégestion visent donc à augmenter l’efficacité du système d’éclairage et à réduire la facture énergétique des communes qui gèrent le parc de lampadaires.

Quels réseaux de transmission pour une innovation frugale ?

La plupart des systèmes de pilotage et l’ensemble des systèmes de télégestion de l’éclairage public utilisent des réseaux existants pour faire passer les informations. Certains s’appuient par exemple sur les réseaux de données 3G ou 4G. D’autres utilisent des réseaux bas débit dédiés à l’Internet des objets, tels que Sigfox ou LoRaWAN.

En 2020, la société Biyotee a breveté un nouveau système de pilotage, la solution RDS-Light. Pour faire passer en temps réel des informations vers les lampadaires, ce système utilise une partie de la bande FM détenue par le réseau Radio France mais qui n’était pas utilisée jusqu’alors. Cela a plusieurs avantages. D’abord, les coûts d’installation et de fonctionnement sont peu élevés : il suffit d’installer, dans chaque candélabre ou dans chaque armoire électrique, un boîtier de réception des données dont la consommation est plus de cent fois inférieure à celle d’un modem 3G ou 4G. De plus, la solution RDS-Light utilise un réseau existant et fiable, qui couvre des zones étendues sans nécessiter la présence ou l’installation d’antennes-relais. Enfin, ce réseau est entièrement local, contrairement à d’autres services s’appuyant sur la bande FM du Traffic Message Channel ou TMC, c’est-à-dire le système de transmission des informations routières utilisé dans les GPS des voitures.

Le mode de pilotage RDS-Light de l’éclairage simplifie la gestion du parc de lampadaires, tout en réduisant encore la consommation d’énergie. Il illustre ainsi trois tendances à l’œuvre dans les recherches actuelles en ingénierie électronique, particulièrement dans le cadre du développement des Smart Cities ou villes intelligentes : l’optimisation des ressources grâce à une gestion au cas par cas, la sobriété énergétique, qui vise à consommer moins d’énergie, et l’innovation frugale, dont l’enjeu consiste à proposer des solutions efficaces avec des moyens réduits. En résumé, faire mieux, avec moins !

Publié le 04/01/2021 - CC BY-NC-SA 4.0

Pour aller plus loin

La digitalisation de l’éclairage public | Bilan.ch (2016)

Yannick Iseli, ingénieur spécialisé dans l’Internet des objets, analyse les avantages et les limites des systèmes de digitalisation de l’éclairage public.

Le Smart Lightning au service de l'efficacité énergétique | SmartCity Mag (février 2017)

Gage de sécurité et de confort de vie, l’éclairage public accélère sa transformation numérique grâce à la technologie LED. Épaulée par des systèmes de détection de présence et de télégestion, cet éclairage électronique offrirait une réduction de consommation électrique allant jusqu’à 70 %. Tour d’horizon de ces solutions de Smart Lighting ou éclairage intelligent.

Introduction aux Smart Grids | Commission de régulation de l'énergie

La Commission de régulation de l’énergie (CRE), autorité indépendante chargée de garantir le bon fonctionnement des marchés français de l’énergie au bénéfice du consommateur, explique en quoi les réseaux électriques intelligents ou Smart Grids contribuent à répondre aux objectifs de l’Union européenne en matière de décarbonisation, de verdissement du mix énergétique et de sobriété énergétique.

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet