Chronique

Appartient au dossier : La Chambre d’Écho(s)

La Chambre d’Echo(s) #5 : Miles Davis, Bitches Brew (1970)
Jazz fusion ou fission psychédélique ?

« Bouillon électrique », labyrinthe et formule ADN de toutes les créatures musicales en gestation : jazz fusion bien sûr, mais aussi rock expérimental, dub, électro… Bitches Brew (1970) est, à égale distance de Tutu et Kind Of Blue, le centre autour duquel gravite la discographie de Miles Davis.

Pochette du disque Bitches Brew
© Mati Klarwein pour Columbia Records
Miles Davis, Pharaoh’s dance (extrait)


En 2016, Miles Davis (1926-1991) aurait eu 90 ans. Comme Coltrane et (presque) Stockhausen, de deux ans son cadet. Le trompettiste et compositeur a révolutionné le jazz avec son classique Kind Of Blue (1959).
Visionnaire, la conception de l’espace et du son que contenait cet album s’est trouvée démultipliée dans la décennie suivante.

Mais pendant que le rock psychédélique des Beatles et Hendrix, la musique électronique de Karlheinz Stockhausen et le free jazz de Coltrane dilataient les oreilles des baby-boomers, Miles, lui, se tenait en retrait.

Aiguisant un style rare avec son second quintet, il enregistrait tout (sauf l’agitation) des révolutions en marche. Son but : densifier l’explosion musicale en cours, capter son énergie, lui donner forme et gravité. Résultat : un premier album néguentropique (In a Silent Way, 1969), véritable gageure minimale et dark, suivi d’un second, (Bitches Brew, 1970), « bouillon électrique », labyrinthe et formule ADN de toutes les créatures musicales en gestation : jazz fusion bien sûr, mais aussi rock expérimental, dub, électro…

Miles Davis, Bitches Brew (extrait)

À la Bpi, les albums de Miles Davis sont disponibles à l’espace musique, niveau 3, 780.63 DAVI 4.

À partir du 31 mai, retrouvez dans l’espace musique une sélection d’albums que Bitches Brew a « précipités » : Hendrix, Sly Stone, Funkadelic, Stockhausen, Can, Afrika Bambaataa

Publié le 23/05/2016 - CC BY-SA 4.0

Sélection de références

Time Zone

Afrika Bambaataa Presents Time Zone

Afrika Bambaataa
Profile Records, 1986

À écouter sur les postes dédiés de la Bpi, niveau 3, 780.639 AFRI 4

Aus den sieben tagen

Aus den Sieben Tagen

Karlheinz, Stockhausen
Harmonia Mundi, 1988

À écouter sur les postes dédiés de la Bpi, niveau 3, 78 STOC 4

Partition également disponible :
From the seven days : Nr. 26, 1968
À la Bpi, niveau 3, 78 STOC 3

Axis : Bold as Love

Axis : Bold as Love

The Jimi Hendrix Experience
Experience Hendrix, 1967

À écouter sur les postes dédiés de la Bpi, niveau 3

Egalement disponible en vinyle, niveau 3,  780.65 HEND 4

"Bitches Brew" ou Le jazz psychédélique

Thibault, Matthieu
Le Mot et le Reste, 2012

À la Bpi, niveau 3, 780.63 DAVI 2

Maggot Brain

Maggot Brain

Funkadelic
Westbound Records, 1971

À écouter sur les postes dédiés de la Bpi, niveau 3

Egalement disponible en vinyle, niveau 3,  780.635 FUNK 4

Nomad's land pensees noires

Nomad's Land No.4 : Pensées Noires

Paul Gilroy, Greil Marcus, Mati Klarwein, ...
Kargo, Pays Nomade, 1999

« L’ultime livraison de la meilleure revue éditée en France ces dernières années », selon Francis Dordor (Les Inrockuptibles, novembre 1998).

À la fin des années 90, la revue initiée par le directeur des éditions Kargo Alexandre Laumonier réinvestissait en profondeur le champ des études afro-americaines.

Sous l’égide de Hakim Bey (Zone autonome temporaire) et de la pensée deleuzienne, rompue à la révolution électronique de William S. Burroughs et profondément immergée dans l’espace sonore ouvert par les nouvelles approches (Sound unbound, Sonic Process, Ocean of Sound …), Nomad’s land No. 4, Pensées Noires resituait la musique de Miles Davis entre 1969 et 1975 en général (et Bitches Brew en particulier) dans une perspective à la fois bien plus large, et plus souterraine, où se mêlent rituels magiques, langue de la rue et afro-futurisme.

– Paul Gilroy, « L’Atlantique noir. Etudes culturelles en noir et blanc »
– Robert Palmer, « Aux racines du blues »
– Greil Marcus, « Sly Stone. Le mythe de Staggerlee »
– Nelson George, « Le nègre nouveau »
– Greg Tate, « Miles électrique »
– John Corbett, « Frères d’une autre planète. La folie spatiale de Lee « Scratch » Perry, Sun Ra et George Clinton »
– Erik Davis, « Polyrythmie, cyberespace et électronique noire »
– Ira Cohen, « Mylar Pictures »
– Mati Klarwein, « Grain of Sounds »

À la Bpi, niveau 3, 780.63 NOM 4

The lost tapes can

The Lost Tapes

Can
Spoon Records, 2012

À écouter sur les postes dédiés de la Bpi, niveau 3, 780.65 CAN. 4

There's a riot goin' on'

There's a riot goin' on

Sly & The Family Stone
Legacy, Sony BMG, 1971

À écouter sur les postes dédiés de la Bpi, niveau 3

Prochainement disponible en vinyle, niveau 3, 780.635 STON 4

Nouvelle fenêtre

Epistrophy

Epistrophy est une revue sur les jazz et les musiques improvisées. Le champ d’étude se veut pluridisciplinaire : musicologique (analyse (et/ou) jazz comme objet musical), et esthétique, sociologique, anthropologique ou ce que l’on peut regrouper sous le champ des cultural studies liées au jazz.

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet