Interview

« La Lucarne ose la différence »
Rencontre avec Rasha Salti

Cinéma

Portrait de Rasha Salti
Portrait de Rasha Salti

La Lucarne est une « case » dédiée au cinéma documentaire atypique et exigeant, chaque lundi soir sur Arte. Rasha Salti, à la tête de ce programme lancé en 1997, revient sur son identité et ses enjeux, à l’occasion du cycle « Voir grand : cinéma, télévision et vice-versa ».

Quelle est la ligne éditoriale de La Lucarne depuis que vous en avez pris la tête en 2017 ?

Il n’y a pas eu de tournant très marqué, même si Luciano Rigolini et moi avions des expériences et des trajectoires professionnelles très différentes. J’avais plusieurs aspirations, d’abord que la case soit véritablement internationale et polyphonique et, faisant attention aux exigences de parité, qu’elle soit représentative de toutes sortes d’expériences sociologiques et politiques, en faisant une place au cinéma queer, africain, latino, asiatique… La deuxième chose à laquelle j’aspirais était de tailler une place pour les premiers longs métrages. Ce n’est pas uniquement une question de génération mais de rapport au métier, de langage, de codes.

Comment fonctionne la sélection des projets ?

Arte n’est pas un fonds d’aides mais une chaîne de télévision, avec un stock qui doit être diffusé tous les jours, indépendamment des pandémies, des tempêtes ou autres catastrophes. Les films programmés dans La Lucarne sont faits avec beaucoup d’amour, de sacrifices, de patience, et souvent peu de ressources financières. C’est un secteur de création à la fois fragile et extrêmement vivant. Concilier la micro-économie de ce secteur de création avec la logique d’unité d’une chaîne documentaire n’est pas toujours simple.

Contractuellement, j’interviens au stade du montage, quand un film est tourné, avant sa « réécriture » finale. Je reçois beaucoup de dossiers, à tous les stades d’avancement, et vu le volume de sollicitations et les moyens de la case, je passe mon temps à rédiger des refus… Je me réjouis énormément quand une autre chaîne ou un fonds de soutien s’engage, parce que ces films doivent exister.

Quelle est la proportion de films achetés pour la diffusion et préachetés ?

Arte étant une chaîne publique, on préfère de loin les préachats. La situation exceptionnelle de la pandémie a retardé ou mis en danger beaucoup de films donc pour éviter une rupture de stock, on a peut-être acheté un peu plus que d’habitude mais grosso modo, cela varie entre 7 à 9 préachats et 3 ou 4 achats par an.

Capture écran de la page d La Lucarne sur le site arte.tv
Capture écran de la page d La Lucarne sur le site arte.tv, page de La Lucarne

Quelle est la stratégie de replay de La Lucarne et a-t-elle changé avec la pandémie ?

La Lucarne est constitutive de l’identité d’Arte par sa singularité, et par le fait qu’elle ose la différence, l’excentricité. En même temps, quand vous regardez les vingt ans et plus de cette case, vous vous rendez compte que ce qui était considéré comme marginal il y a vingt ans fait partie aujourd’hui du cursus académique des écoles de cinéma. Quand on a fêté ses vingt ans en 2017, on s’est rendu compte qu’on avait constitué un patrimoine extraordinaire et que, pour la plupart, ces films n’étaient plus disponibles. On s’est dit que, en tant que chaîne publique, on avait pour mission de rendre accessible ce patrimoine et on a lancé une chaîne Youtube dédiée à La Lucarne. On a commencé à négocier des droits plus longs et à mettre en ligne un mini catalogue. C’était la première fois qu’Arte tentait cette forme d’éditorialisation de contenus sur Youtube. C’était possible parce que c’est une petite case pour la chaîne, donc on peut se permettre d’expérimenter. Face au succès de cette expérience, on a commencé à construire notre offre numérique. Avec la pandémie, les chiffres de l’offre linéaire comme du replay étaient absolument sidérants et on a décidé que c’était le moment de vraiment nous lancer dans une expansion de cette offre.

On est dans un moment de transition extraordinaire. Nous sommes en train d’apprendre à grande vitesse, c’est très excitant. Les chiffres d’audience pour le linéaire montrent que la grande partie des spectateurs de La Lucarne ont entre 55 et 65 ans. Une fois qu’on a mis à disposition les films sur les deux plateformes, les chiffres ont changé : ceux qui regardent le plus La Lucarne ont entre 25 et 35 ans et la deuxième grande tranche, ce sont les 18-25 ans. C’est une des choses dont je suis le plus fière. Cela veut dire que la case dépasse toute forme d’enclave, de classe sociale, d’âge ou de culture cinématographique. La diversité des sujets, des écritures et le champ géo-culturel sont tellement larges que chacun peut trouver son bonheur. Je ne peux pas prédire l’avenir de la télévision, mais je sais que, pandémie ou pas, la chaîne est ouverte à aller vers le public, avec différents modes d’interpellation. Les chiffres d’audience ont été multipliés et le rapport des gens à Arte s’est encore plus consolidé.

Quel est le lien entre la diffusion sur La Lucarne et la diffusion en salles ?

Les circuits de financements de la télévision et du cinéma sont très distincts en France. Les films de La Lucarne sont des productions modestes et fragiles, qui ont une ambition essentiellement cinématographique. Quand on préachète, on achète le droit de diffuser le film deux fois. Vu l’importance qu’un grand festival peut avoir sur la visibilité d’un film, nous attendons que le film existe dans un ou deux grands festivals avant de programmer une diffusion, en concertation avec la production. Entre la première et la deuxième diffusion, il y a la possibilité de diffuser en salle et sinon, les films peuvent être projetés, qu’on les ait diffusés ou non, sans visa d’exploitation, par une association ou une cinémathèque. Du fait de la nature particulière de ces objets cinématographiques, on tente par tous les moyens qu’ils existent dans plusieurs mondes.

Comment a été fait le choix des films qui seront montrés à la Bpi dans le cadre du cycle « Voir grand : télévision, cinéma et vice-versa » ?

Quand on travaille pour des festivals, comme c’était mon cas avant, on est constamment en contact avec les créateurs de films, le public, les critiques, les distributeurs… À la télévision, c’est très différent, il y a une forme de solitude qui continue de me dérouter. Quand les programmateurs de la Cinémathèque sont venus à nous et ont exprimé le désir de construire cette programmation avec La Lucarne, j’ai été plus que ravie. J’ai pris un immense plaisir à les écouter.

Publié le 10/09/2021 - CC BY-NC-SA 4.0

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet