Article

Appartient au dossier : Prix littéraires : au-delà du Goncourt

Le prix Virilo : le plus potache

Créé en 2008, le prix Virilo est un outsider qui se taille une place de plus en plus conséquente dans le paysage littéraire.

Prix Virilo - logoLe jury du prix Virilo, nommé ainsi en écho au Femina, est constitué d’amateurs : sept hommes et neuf femmes arborant fièrement la moustache, emblème du prix, qui proclament avec insistance qu’ils achètent eux-mêmes et lisent en entier tous les livres qu’ils sélectionnent, contrairement à certains jurés de grands prix.

Alimentant à chaque rentrée un blog critique où règnent une mauvaise foi mordante et un certain esprit potache, les jurés du Virilo n’hésitent pas à se moquer des romans qu’ils estiment être des baudruches médiatiques ou des coups éditoriaux, allant jusqu’à décerner le prix parodique Trop Virilo, désignant “la plus belle poussée de testostérone littéraire de l’année” – laquelle n’est pas nécessairement l’oeuvre d’un homme. En 2014, agacés par la médiocrité de la rentrée, les jurés avaient même décidé de se mettre en grève…

Cet esprit frondeur et railleur n’empêche pas le prix Virilo de faire preuve d’un goût très sûr. Ainsi, par le passé, Eric Chevillard, Céline Minard et Pierre Jourde, entre autres, ont empoché les 11 euros remis au gagnant – c’est un euro de plus que le Goncourt. Des lauréats d’une valeur suffisante pour qu’on s’intéresse cette année encore au drôle de livre primé par le Virilo : Les États et empires du lotissement Grand Siècle de Fanny Taillandier, un texte en trompe-l’oeil qui sous ses airs d’essai d’urbanisme est un commentaire volontiers satirique sur l’utopie collective que fut, il y a quelques décennies, le lotissement pavillonnaire où s’alignaient le long d’allées infinies des maisons toutes identiques.

Publié le 18/11/2016 - CC BY-SA 3.0 FR

Sélection de références

Dino Egger

Eric Chevillard
Minuit, 2011

Lauréat 2011 

Dino Egger, ce nom n’évoque rien pour personne et c’est bien regrettable. C’est aussi parfaitement compréhensible, puisque Dino Egger n’a jamais existé. Il aurait pourtant accompli de grandes choses, s’il faut en croire Albert Moindre dont le nom ne vous dira rien non plus. Pas étonnant, Albert Moindre est un homme modeste, sans éclat. Tandis que Dino Egger devait marquer le monde de son empreinte, ouvrir des perspectives nouvelles, inventer l’harmonie. Pourquoi n’a-t-il pas vu le jour, en dépit de ces excellentes dispositions ? Quelle eût été son oeuvre ? Ne peut-on espérer encore et malgré tout le miracle de son apparition ? Albert Moindre se fait fort de répondre à toutes ces questions.

A la Bpi, niveau 3, 840″19″ CHEV.E 4 DI

L'oragé

Douna Loup
Mercure de France, 2015

Lauréate 2015

Antananarivo, 1920. Rabe, orphelin d’une famille princière déchue, gagne de petites sommes en travaillant la dentelle. Il est feuilletoniste à l’occasion. A presque vingt ans, il rencontre Esther, poétesse de dix ans son aînée. Ils forment alors un pacte : veiller sur l’œuvre de l’autre. Ce roman s’inspire de deux figures majeures de la littérature malgache, Jean-Joseph Rabearivelo et Esther Razanadrasoa, dite Anja-Z. L’écriture de Douna Loup recrée les audaces et les richesses nées du va-et-vient d’une langue à l’autre, du français imposé à la poésie Hova. D’enthousiasmes en créations, Rabe, Esther et leurs amours successifs nous interrogent sur la liberté des sentiments, la liberté d’expression, la liberté absolument.

A la Bpi, niveau 3, 842 LOUP 4 OR

Photo de groupe au bord du fleuve

Emmanuel Dongala
Actes Sud, 2010

Lauréat 2010

Ce matin, quand Méréana se réveille, elle sait que la journée qui l’attend ne sera pas comme les autres. Elles sont une quinzaine à casser des blocs de pierre dans une carrière au bord d’un fleuve africain. Elles viennent d’apprendre que la construction d’un aéroport a fait considérablement augmenter le prix du gravier, et elles ont décidé ensemble que le sac qu’elles cèdent aux intermédiaires coûterait désormais plus cher, et que Méréana serait leur porte-parole dans cette négociation.
’enjeu de ce qui devient rapidement une lutte n’est pas seulement l’argent et sa faculté de transformer les rêves en projets – recommencer des études, ouvrir un commerce, prendre soin de sa famille… Malgré des vies marquées par la pauvreté, la guerre, les violences sexuelles et domestiques, l’oppression au travail et dans la famille, les “casseuses de cailloux” découvrent la force collective et retrouvent l’espoir. Cette journée ne sera pas comme les autres, c’est sûr, et les suivantes pourraient bien bouleverser leur existence à toutes, à défaut de changer le monde. Par sa description décapante des rapports de pouvoir dans une Afrique contemporaine dénuée de tout exotisme, Photo de groupe au bord du fleuve s’inscrit dans la plus belle tradition du roman social et humaniste, l’humour en plus.

A la Bpi, niveau 3, 846.3 DONG 4 PH

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet