Sélection

Appartient au dossier : Lectures d’été

Lectures d’été 5/10 : 5 odyssées humoristiques

Embarquer dans un avion pour découvrir une destination inconnue : le rêve peut, pour certains, virer au casse-tête. Car même dans le monde moderne, partir à l’aventure n’est pas sans risque. Entre épineuses questions de traduction et problèmes administratifs insolubles, les héros et héroïnes de ces cinq odyssées contemporaines en font l’expérience.

Si, comme Ulysse, ils finissent toujours par revenir à leur point de départ, leurs périples erratiques témoignent avec humour de nos difficultés à nous confronter à l’autre ou à nous-mêmes. Tu vas voir ce que tu vas lire vous invite à un tour du monde aussi dépaysant que loufoque en compagnie de ces voyageurs maladroits.

Retrouvez sur Facebook et Instagram d’autres recommandations faites par Tu vas voir ce que tu vas lire, la page littérature de la Bibliothèque publique d’information.

Publié le 20/07/2020 - CC BY-SA 3.0 FR

Sélection de références

Epépé

Epépé

Ferenc Karinthy
Zulma, 1970

Alors qu’il croit se rendre à Helsinki pour un congrès, le brillant linguiste Budaï se retrouve par erreur dans un pays inconnu où il est incapable de comprendre les habitants. Lui qui parle une dizaine de langues est impuissant face à leurs “épépé” et autres borborygmes. Coincé faute de pouvoir communiquer, Budaï va pourtant devoir percer ce mystère linguistique… Hilarante et improbable, l’histoire d’Epépé est d’abord celle de quiconque part en vacances dans un pays à la langue inconnue. Si l’on commence par s’amuser des efforts de Budaï pour parler par tous les moyens – par mimes ou en dessinant -, son aventure prend un tour kafkaïen lorsque son pays d’accueil s’avère flirter avec la dictature… L’impossibilité à communiquer devient alors symptomatique d’une rupture plus grave entre les êtres. Empreint d’un humour grinçant et acide, Epépé est un grand roman de l’absurde, et le livre idéal à emporter en vacances dans un pays dont on ne parle pas la langue !

À la Bpi, niveau 3, 894.51 KARI 4 EP

Un tout petit monde

Un tout petit monde

David Lodge
Payot, 1984

Pour voyager dans son transat en bord de mer, rien de tel qu’Un tout petit monde de David Lodge ! On y découvre Persse McGarrigle, prêt à tout pour suivre Angelica Pabst, une jeune femme férue de critique littéraire dont il est subitement tombé amoureux. De congrès en colloques internationaux, sa quête nous plonge dans l’ambiance intellectuelle des années 70, où le structuralisme et la psycho-critique avaient le vent en poupe. L’occasion pour David Lodge de railler son héros comme le milieu universitaire, que l’on découvre par le bout de la lorgnette. Des universitaires obsédés par les honneurs, en passant par les rencontres d’un soir (David Lodge a une prédilection pour les scènes de sexe) ou les voyages effrénés (David Lodge a aussi une prédilection pour les scènes à bord d’un avion), Un tout petit monde est roman jouissif, qui n’épargne pas son milieu – ses coup bas, ses flagorneries et ses rodomontades – avec une tendre ironie.

À la Bpi, niveau 3, ​820″19″ LODG 4 SM

Double nationalité

Double nationalité

Nina Yargekov
Gallimard, 2016

Que feriez-vous si vous vous réveilliez dans un aéroport, frappée par une amnésie aussi soudaine que totale ? Pour l’héroïne de ce roman, la réponse s’impose vite : découvrant dans sa valise deux passeports, l’un de France et l’autre de Yazigie, petit pays d’Europe de l’est, elle décide de mener une enquête sur sa propre identité. Est-elle une espionne ou une fille d’immigrés ? Duquel de ses deux pays, dont elle maîtrise parfaitement les deux langues, se sent-elle la plus proche ? Et pourquoi connaît-elle par cœur tout le répertoire d’Enrico Macias ? Déployant un monologue intérieur tempétueux et volontiers incongru sur 600 pages, Double nationalité nous plonge au cœur d’un sac de nœuds identitaire impossible à trancher, son héroïne faisant face à un tiraillement continu entre sa part yazige et sa part française. Sans jamais se départir d’une inventivité comique phénoménale, Nina Yargekov questionne à travers ce personnage loufoque et attachant la notion d’appartenance nationale, et signe un grand roman sur l’identité, l’exil et les crispations nationalistes qui agitent le monde contemporain.

À la Bpi, niveau 3, 840″20″ YARG 4 DO

La fonte des glaces

La Fonte des glaces

Joël Baqué
Gallimard, 2017

Depuis qu’il est veuf, Louis n’a plus goût à grand chose. C’est une curieuse rencontre qui va remettre sa vie en branle : dans une brocante, il tombe nez à nez avec un manchot empereur. À partir de là, de l’Antarctique au Grand Nord, la vie de Louis va prendre un tout autre tour. Joël Baqué donne corps à un héros solitaire, vulnérable et mélancolique qui se retrouve embarqué dans une aventure rocambolesque qui le transforme en héraut de la cause écologique. Profondément attachant et débordant de tendresse, La fonte des glaces a presque des airs de roman feel good. Mais la constante exigence stylistique et la poésie lunaire de Joël Baqué, ainsi qu’une certaine dimension politique, donnent toute sa singularité à ce petit texte brillant.

​À la Bpi, niveau 3, 840″20″ BAQU 4 FO

Les Tribulations d'Arthur Mineur

Andrew Sean Greer
J. Chambon, 2019

À la veille de ses cinquante ans, le bilan de la vie d’Arthur Mineur, auteur de quelques romans modestement remarqués, n’est pas des plus brillants. Cherchant une raison d’échapper au mariage de son ex petit-ami et par la même occasion un remède à sa crise existentielle, Mineur accepte une série de propositions à l’étranger et entame un petit tour du monde. Entre Berlin, l’Inde et le Sahara, de colloques en remises de prix, Mineur se met en vacances de sa propre vie – sans jamais tout à fait réussir à chasser ses démons. Tendrement ironique à l’égard de son héros immature et socialement inapte, Andrew Sean Greer signe une odyssée paradoxale, rocambolesque à souhait, dans laquelle Arthur Mineur échoue systématiquement à trouver sa place parmi ses pairs. Évoquant autant la douceur riante d’Armistead Maupin que le regard satirique de David Lodge, Les Tribulations d’Arthur Mineur déroule la quête de soi de son héros dans un récit solaire et mélancolique qui a la saveur des vacances trop vite terminées.

À la Bpi, niveau 3, 821 GREE.A 4 LE

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet