0   Commentaires
Brève

La revue Mesures

/files/live/sites/Balises/files/Images/Litt%c3%a9rature/cp_mesures_revue.jpg
La revue Mesures, créée par Henry Church, se voulait ouverte aux littératures étrangères (voir son sommaire). Mais c'est un texte écrit directement en français que V. Nabokov donne pour le n°2, du 15 avril 1936. Mademoiselle O, met en scène un personnage pittoresque, obèse et fière de sa langue, inspiré de la gouvernante suisse d'origine française qui s'était installée dans la famille Nabokov.

Dans une lettre du 15 avril 1937 (Lettres choisies), il raconte avec beaucoup d’enthousiasme (et beaucoup d'humour) un déjeuner chez Henry Church :
« Le déjeuner à la villa de Henry Church (qui édite Mesures, un millionnaire américain avec un superbe furoncle à la nuque, âgé, taciturne, avec une femme d’origine allemande passionnée de littérature) se passa extrêmement bien. Nous avions rendez-vous à la librairie d’Adrienne Monnier à l’Odéon, d’où nous partîmes chez les Church, après Saint-Cloud (tout vert et humide, amandiers en fleur, nuées de moucherons). Je fus très « fêté » et étais en grande forme. Parmi les écrivains se trouvait Michaux. 

Sylvia Beach qui tient la librairie Shakespeare and Co et qui publie Joyce est également présente. Il espère son aide pour la publication de La Méprise. «Je déjeune demain avec [Paulhan], Cingria, Supervielle et Michaux à Montaparnasse » se réjouit-il.
Captcha: