Son

« Migration » : les sons de la Bpi

Pièce sonore issue des « enregistrements de terrain » (field recording) collectés lors de l’atelier participatif du 21 juin 2012.

Le 21 juin 2012, la Bpi proposait un atelier de tournage sonore (field recording). Les usagers intéressés par la prise de son et le montage étaient invités à réaliser des captations sonores au sein de la bibliothèque

toile
Giusy Ragosa, Migration [cc:by-nd]

Le résultat de cet atelier, effectué en différents lieux et à différentes heures de la journée est devenu la matière première d’une pièce sonore collective électroacoustique, réalisée par l’artiste Irina Prieto Botella.

La liberté des sons qui circulent dans la bibliothèque est fragile. Elle suppose un certain niveau de silence – mais un silence moins que jamais égal à une pure absence de sons ; un silence actif. Ce silence et ces sons forment la matière première de Migration.

Les quatre minutes de Migration font entendre, après une lente introduction où s’installe doucement le bruissement quotidien de la bibliothèque, des sortes de sons-oiseaux comme échappés de leur volière. Elles se referment sur le froissement d’une page, et son avatar électronique.

Par opposition au fantasme totalisant de « capture » que suscitent les possibilités numériques (et que figure ici le son continu – drone – émis par un serveur informatique), la captation sonore implique distance et subjectivité, seules à même d’épouser le caractère fragmentaire et l’essentielle fugacité du réel.

 

irina prieto
Irina Prieto, 2012


Irina Prieto Botella est une musicienne originaire de Barcelone qui vit à Paris. Elle a fait des études de musicologie à l’ESMUC (Barcelone) et de composition à l’université Paris 8.
Elle est active dans le domaine des musiques de films et de la création sonore.

www.irinaprietobotella.com

Irina Prieto Botella, 21/06/2012, Durée : 00:04:42, France, [cc:by-nd]

Publié le 05/09/2014 - CC BY-SA 4.0

Sélection de références

Field recording : l'usage sonore du monde en 100 albums

Alexandre Galand
Mot et le reste, 2012

Au cours du XXe siècle, des hommes ont parcouru le monde afin de capter des sonorités particulières pour des raisons scientifiques, patrimoniales et esthétiques.
Ces audio-naturalistes ont l’écoute pour méthode d’approche et sont à la recherche de nouveaux sons. Cent disques rendent compte de leur quête.

Des interviews de figures majeures du field recording (Jean C. Roché, Bernard Lortat-Jacob et Peter Cusack) complètent cette anthologie.

A la Bpi, Niveau 3, 780.62 GAL

La Musique concrète, art des sons fixés

Michel Chion
Mômeludies éditions, 2009

Cette nouvelle édition, parue précédemment en 1991 sous le titre ¤¤L’art des sons fixés¤¤, reprend le terme de musique concrète inventé en 1948 par Pierre Schaeffer, et la définit comme une musique non écrite mais directement créée avec le son. 78 CHIO 1

Le paysage sonore

Le paysage sonore : toute l'histoire de notre environnement sonore à travers les âges

R. Murray Shafer
Lattès, 1991

“Oui, les sons forment eux aussi un paysage. Agréables ou déplaisants, légers ou puissants, audibles ou inaudibles, ils pénètrent de manière décisive les communautés humaines.

Ce livre raconte leur histoire, c’est-à-dire notre histoire”

A la Bpi, Niveau 3, 78 SCHA.R 1

L'Idée de tournage sonore : lettre à un étudiant

Lionel Marchetti
Mômeludies éditions, 2008

Sous la forme d’une lettre l’auteur énumère les principes liés au tournage sonore, cette opération consistant à créer ou diriger des sons ou séquences sonores, par n’importe quel moyen, devant un ou plusieurs micros en vue de les fixer par enregistrement. 78 MARC.L 1

Musique et Document sonore : enquête sur la phonographie documentaire dans les pratiques musicales contemporaines

Macé, Pierre-Yves
Presses du réel, 2012

Depuis l’invention en 1877 du phonographe par Edison, il est devenu possible d’archiver, c’est-à-dire de conserver et de mobiliser ce qui jusqu’alors échappait à toute objectivation : la collection infinie des sons du monde. Au même titre que les photographies ont constitué des « pièces à conviction pour le procès de l’Histoire » (Benjamin), les phonogrammes ont pu documenter toutes sortes de phénomènes sonores : paroles d’individus célèbres, environnements naturels et urbains, musiques exotiques…

Musique et document sonore étudie l’impact de cette problématique documentaire dans le champ de l’œuvre musicale. Volontiers décrit comme un paradigme de l’art autonome, l’objet musical n’en est pas moins poreux, au même titre que toute œuvre d’art, à ces éléments « impurs » venus du dehors, qui introduisent du jeu dans l’ordre institué de la syntaxe musicale. Depuis le montage critique jusqu’au field recording en passant par l’anecdote ou la vignette hyperréaliste, le document sonore offre un terrain d’expression à une variété de pratiques jusqu’alors inédites dans le champ musical.

Né en 1980, Pierre-Yves Macé est compositeur et musicologue. Il travaille au croisement de la musique électroacoustique, de la composition contemporaine et de l’art sonore. Il est l’auteur de cinq disques parus sur les labels Tzadik, Sub Rosa, Orkhêstra, Brocoli.

Bpi, Niveau 3, 780.62 MAC

ilôt "témoins" de la base Archipel

Archipel : ilôt "Témoins"

La production sonore sociale, avec l’industrialisation, l’hyper-industrialisation, l’extension des centres urbains, la croissance de la population, s’est considérablement développée.
Parallèlement, les espaces naturels font de plus en plus figure de paradis perdus habités d’espèces de bruits à répertorier et préserver.

A écouter : Christina Kubitsch, Luc Ferrari, Yann Paranthoen, Bernard Heidsieck, Aki Onda, Ultra-Red,  Terre Taemlitz, Chris Watson, Annea Lockwood, Bill Fontana, Annea Lockwood, Guy Debord, Georges Perec…

L'histoire de la musique électroacoustique.

Arts sonores : l'aventure électroacoustique

Le GRM (Groupe de recherche musicale) de l’Ina vous propose de revivre 60 ans de création sonore : musiques, consultez interviews et documents vidéos des acteurs de l’aventure du son. Une aventure en marche…

Des paysages sonores à portée d'oreille

DESARSONNANTS SONOS//FAIRE

“Le haut-parleur est probablement aujourd’hui le plus grand dénominateur commun de nos vies. La vidéo, le multimédia, les automobiles, les téléphones nous modèlent une vie sonore nouvelle. Le son est partout présent, objet d’étude et de réflexion… Mais l’essentiel est encore de lui faire une place imaginative et d’encourager son écoute.”

enregistrements de terrain

Field recording au fil de l'eau

Par Jean-Grégoire Muller, Pierre-Charles Offergeld et Benoît Deuxant ” If you celebrate it, it’s art. If you don’t, it isn’t. ” John Cage, 1966 Il nous semble intéressant d’aborder la pratique du field recording, afin d’ouvrir les champs de prospection, d’écoute et de curiosité, voire de donner l’envie de pratiquer !
De Jean-Grégoire Muller, Pierre-Charles Offergeld et Benoît Deuxant

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet