Brève

Appartient au dossier : Qu’est-ce qu’un reportage aujourd’hui ?

Plus que 704 photojournalistes…

En dix ans, le nombre de photojournalistes ou reporters-photographes possédant une carte de presse a baissé de près de 45%, si bien qu’en 2016, seules 704 cartes ont été délivrées. Un chiffre révélateur de la précarisation de ce métier qui subit les effets de la crise de la presse et de la révolution numérique.

photographe de presse, de dos
[CC0] Pixabay

Le nombre de cartes de presse délivrées annuellement reste stable. Seul le nombre de cartes accordées aux reporters-photographes a baissé de façon drastique, ce qui révèle bien les difficultés rencontrées dans ce secteur. La Scam (Société civile des auteurs multimédia) les a identifiées depuis plusieurs années et ne cesse d’alerter sur la dégradation des conditions du métier de photojournaliste.

Confrontée à la concurrence de visuels à bas prix, l’image de presse a perdu de sa valeur marchande. Les critères de sélection ont changé : en plus d’être peu coûteuse, voire gratuite, une bonne photo est une photo facile à trouver. 

Les agences de presse et les rédactions qui cherchent à compresser leur frais ont trouvé là l’occasion de réduire leurs dépenses — au détriment de la qualité souvent. Elles tentent aussi de contourner le statut du photojournaliste : profitant du fait que les photojournalistes restent auteurs de leurs photos, elles veulent les rémunérer en droits d’auteurs afin de ne plus les salarier. Les commandes, en contradiction avec le droit d’auteur, diminuent, voire disparaissent.

Quand les rémunérations salariales se raréfient, quand les reporters-photographes sont contraints de diversifier leur activité pour survivre, comment justifier d’une activité principale salariée en tant que photojournaliste ? Ce critère est pourtant nécessaire à l’obtention de la carte de presse par le CCIJP (Commission de la Carte d’Identité des Journalistes Professionnels). De nombreux photojournalistes perdent donc leur carte, ce précieux sésame dans le cadre de leur activité. 

Les reporters-photographes se retrouvent ainsi sans agence et sans véritable commande. Ils doivent assumer seuls les frais du reportage ce qui limite leurs ambitions et surtout met en danger leur sécurité : certains partent seuls en zone de conflit, mal préparés, sans assistance ni assurance, celle-ci étant trop chère.

Publié le 16/11/2017 - CC BY-SA 3.0 FR

Sélection de références

nouvelle fenêtre

35 238 cartes attribuées en 2016 par le CCIJP

Des statistiques au 4 janvier 2017 sur la répartition des attributions de cartes de presse ainsi que de nombreuses informations sur les modalités d’attribution et les avantages de la carte de presse.

nouvelle fenêtre

La mort d'une journaliste en Centrafrique

Un dossier sur Camille Lepage, 26 ans, qui travaillait comme photographe freelance pour rendre compte de l’horreur de la guerre en Centrafrique et dont le corps a été retrouvé, le 13 mai 2014, par l’armée française dans l’ouest du pays. À la suite de cet événement, alors qu’on mettait officiellement en lumière la qualité de son travail, d’autres voix, celles de professionnels, se sont élevées. Pourquoi était-elle free-lance ? Dans quelles conditions de sécurité exerçait-elle son activité ?

nouvelle fenêtre

Le métier de photographe [CE-2015-3] - Ministère de la Culture

L’enquête de Claude VAUCLARE, Rémi DEBEAUVAIS, mai 2015, pour le ministère de la Culture.

“Évalués à environ 25 000, les photographes professionnels font face, depuis une quinzaine d’années, à des changements importants liés à la diffusion des nouvelles technologies numériques, qui ont redéfini les pratiques de toute une profession. La mutation des conditions de création, de production et de diffusion de la photographie s’est traduite par une dérégulation du marché de la photographie et par une fragilisation du cadre juridique qui garantissait auparavant les revenus des photographes.”

nouvelle fenêtre

Photojournalisme en 2015 - Etude SCAM (Société civile des auteurs multimédias)

L’étude de la SCAM sur l’état du photojournalisme en 2015. Retrouvez d’autres rapports, enquêtes et actions par la Scam sur leur site.

nouvelle fenêtre

Visa pour l'image, Festival International du Photojournalisme

Pour se faire une idée du talent et du travail des photojournalistes, un festival leur est dédié : Visa pour l’image, à Perpignan, tous les ans. C’est souvent le moment de parler des difficultés de la profession. Le Monde s’en faisait l’écho dans son article : Le photojournalisme cherche un nouveau souffle après des années de crise, (4/09/2017).

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet