Questions/Réponses

Quelles sont les raisons de l’ouverture de la Compagnie des agents de change aux femmes en 1967 ?

photographie du Palais Brongniart
By Zerfvcxs [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Voici tout d’abord un bref historique du site du CAEF (Compagnie des agents de change de Paris) :

Les agents de change ont été des officiers ministériels de 1572 à 1720 puis de 1774 à 1791. Un décret du 28 ventôse an IX (19 mars 1801) leur attribue de nouveau ce statut, en même temps que le monopole de la négociation des valeurs mobilières. Ils s’organisent en Compagnie des agents de change (CAC). En 1967, la Compagnie des agents de change de Paris fusionne avec ses homologues de province, sous le nom de Compagnie nationale des agents de change.

On peut supposer que lors de cette fusion les statuts de l’organisation ont été révisés et adaptés à l’évolution de la société en ne reconduisant pas la clause d’interdiction aux femmes.

Vous pouvez consulter  l’histoire de cette interdiction dans l’ouvrage intitulé : 


Le XXe siècle des femmes
Florence Montreynaud, Nathan, 1999
A la Bpi, niveau 3, 930.71 MON

Jusqu’en 1967, la Bourse de Paris est interdite aux femmes. A l’automne 1968, Roselyne Pierre, une élégante brune avale un cognac cul sec avant de gravir les marches du Palais Brongniart : elle sait qu’elle ne passera pas inaperçu. En effet, son entrée est saluée par des sifflements d’apaches. C’est une première : l’arrêt royal du 24 septembre 1724 qui créait lea Bourse de la rue Vivienne précisait que les femmes ne peuvent y entrer pour quelque cause ou prétexte que ce soit […] les spéculatrices fascinées par Law avaient laissé de trop mauvais souvenirs […] à la Bourse de Londres, la première femme n’apparaît qu’en 1974. En 1985, Sylvie Girardet devient la première agente de change française “

Ces raisons historiques sont confirmées par Gérard Ampeau, responsable des Programmes de l’Ecole de la Bourse de Paris, lors d’une conférence intitulée  Les riches heures du Palais Brongniart  (fichier doc) :

Les femmes et la Bourse
Dans le Palais, pendant de longues années, on n’a pas croisé de femmes. Les lieux de cotation leur étaient interdits. Pourquoi ?
En 1720, l’écossais John Law fonde la Compagnie des Indes dont le cours de bourse, après une forte hausse, s’effondre ; c’est la banqueroute et une série d’émeutes rue Quincampoix. Beaucoup de parisiennes participent à ces émeutes. Un arrêté royal du 24 septembre 1724 portant établissement d’une bourse à Paris interdit, dans son article 4, la présence des femmes.
A quelle date cette mesure a-t-elle été rapportée ? Eh bien seulement en 1967 !”

Cordialement,
Eurêkoi – Bibliothèque publique d’information

Publié le 30/07/2013 - CC BY-SA 4.0

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet