Son

Appartient au dossier : Réelles fictions : le podcast

Réelles fictions 5/5 : « Une image est toujours une porte narrative »

Dans cet épisode de Réelles fictions, Adrien Genoudet, chercheur en histoire visuelle, parle d’Un monde sans rivage, un roman d’Hélène Gaudy. Il aborde notamment le rapport de l’historien à l’image et le pouvoir narratif des images. 

Réelles fictions est une série de podcasts qui présentent les cinq romans sélectionnés pour le prix Effractions. Ce prix récompense un roman qui entretient un lien fort avec le réel ; il est remis par la Bibliothèque publique d’information et la Société des Gens de Lettres pendant le festival littéraire « Effractions » en mars 2020.

Références citées dans le podcast :

Georges Didi-Huberman, Devant le temps, Minuit, 2000.
Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, Gallimard, 2008.
Hélène Gaudy, Une île, une forteresse, Inculte, 2016.
François Hartog, Évidence de l’histoire. Ce que voient les historiens, Éditions de l’EHESS, 2005.

Cet épisode a été préparé par Inès Carme et Blandine Fauré.
Réalisation : Camille Delon et Renaud Ghys.
Musique : Thomas Boulard.
Ce podcast a été enregistré dans les studios du Centre Pompidou.

Version accessible du podcast

Publié le 09/03/2020 - CC BY-NC-SA 4.0

Sélection de références

Un monde sans rivage

Hélène Gaudy
Actes Sud, 2019

Été 1897. Ils sont trois scientifiques, trois Suédois, à quitter l’île de Danskoya en ballon, avec ce rêve fou d’atteindre le territoire le plus au nord jamais foulé par les hommes.
Èté 1930. Des pêcheurs découvrent par hasard, sur une île reculée, les restes d’un campement et trois corps figés dans la glace. Parmi les objets exhumés, un appareil photo dont les pellicules, miraculeusement préservées par le froid, vont révéler des images oniriques, seules témoins d’un voyage sans retour.

À partir de ces clichés et du journal de bord de l’expédition, Hélène Gaudy retrace l’errance de ces explorateurs de l’Arctique. Dans ce « monde sans rivage », titre de l’œuvre, plus de frontières, plus de repères : seulement le silence, et l’immensité de paysages aussi inhabitables qu’envoûtants.
Ce récit inclassable, à la fois enquête historique et reportage littéraire, est aussi une méditation sur l’image et la mémoire, qui dresse à petites touches des portraits d’hommes émouvants dans leur désir de découvertes. Le texte, d’une grande poésie, laisse toute leur place aux blancs de l’histoire, à l’image de ces photos retrouvées où l’effacement du temps se confond avec la blancheur de la banquise et de ses habitants.

À la Bpi, niveau 3, 840″20″ GAUD.H 4 MO

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet