Dossier

Littérature

Quand le réel se rebelle

Depuis le début des années deux-mille, un nouveau marronnier s’est installé dans le paysage des rentrées littéraires : le procès pour diffamation ou atteinte à la vie privée. Celle de septembre 2020 n’a pas fait exception, avec les très médiatisées « affaires » Carrère ou Enthoven. Alors que la deuxième édition du Festival Effractions se tient à la Bpi fin février 2021, mettant à l’honneur des œuvres et des auteurs qui offrent un regard singulier sur les liens entre littérature et réel, Balises s’interroge sur cette judiciarisation croissante de la littérature.

Miguel de Cervantes Saavedra, dessin de Gustave Doré, Bibliothèque nationale de France

La transformation de personnes réelles en personnages est loin d’être une nouveauté. Dans Le Temps retrouvé, Marcel Proust explique, à propos du travail du romancier :

« Quand il écrit, il n’est pas un geste de ses personnages, un tic, un accent, qui n’ait été apporté à son inspiration par sa mémoire. Il n’est pas un nom de personnage inventé sous lequel il ne puisse mettre soixante noms de personnages vus. »

Mais depuis le début du 20e siècle en France, le réel a pris une place croissante dans la littérature avec l’essor de l’autofiction, du roman autobiographique ou de l’enquête littéraire, rendant les frontières entre les deux de plus en plus poreuses. Qu’il s’agisse de personnalités publiques ou d’anonymes, les personnes réelles se retrouvant, de manière plus ou moins transparente, emprisonnées dans un livre, choisissent parfois la voie judiciaire pour faire reconnaître le préjudice subi. Et les auteurs se voient régulièrement condamnés à verser des dommages et intérêts élevés, alors que des voix s’élèvent en parallèle pour défendre la liberté de création. Le droit est-il toujours du côté des auteurs, comme cela a longtemps été le cas en France ? Que disent la loi, et surtout la jurisprudence, de ces cas complexes ? Sur quels critères se basent-elles pour juger des œuvres de l’esprit ? Balises vous propose un retour sur cinq cas emblématiques.

Publié le 22/02/2021 - CC BY-NC-SA 4.0

Dans ce dossier

Article

Albert Ellery Berg, The Universal Self-Instructor (New York : Thomas Kelly, Publisher, 1883)

22/02/2021

Littérature

L’écrivain peut-il tout dire ? Quelles sont les limites à la liberté d’expression ? Existe-t-il une exception de fiction, et...

Article

Mathieu Lindon, P.O.L, 1998

22/02/2021

Littérature

Jean-Marie Le Pen, condamné plus de vingt-cinq fois pour apologie de crimes de guerre, provocations à la haine ou encore...

Article

Camille Laurens, Gallimard

22/02/2021

Littérature

Avec L'Amour, roman, Camille Laurens poursuit son œuvre autofictionnelle en racontant l'histoire de son couple, après avoir écrit sur la...

Article

Christine Angot, Flammarion

22/02/2021

Littérature

Christine Angot, fer de lance de l'autofiction en France, raconte dans Les Petits la vie d'Élise Bidoit, qui l'avait déjà...

Article

Édouard Louis, Seuil

01/03/2021

Littérature

Avec Histoire de la violence, Édouard Louis revendique n'avoir écrit aucune ligne de fiction. Il y raconte son viol par...

Article

Emmanuel Carrère, P.O.L

01/03/2021

Littérature

Salué par la critique comme par le public, le dernier livre d'Emmanuel Carrère, Yoga, s'est retrouvé au cœur d'une « affaire »...