Son

Appartient au dossier : Effractions : le podcast

Effractions : le podcast #6. Fabien Jobard parle de Cinq mains coupées

Dans cet épisode d’Effractions : le podcast, le sociologue Fabien Jobard, spécialiste de la police, parle du livre de Sophie Divry, Cinq mains coupées (2020). En partant des cinq témoignages recueillis dans l’ouvrage, il analyse les spécificités du mouvement des Gilets jaunes et des violences policières récentes en France.

Effractions : le podcast vous fait découvrir des livres mis à l’honneur pendant le festival Effractions, organisé par la Bpi. Migrations, deuil, révolte, gestion des déchets… Dans chaque épisode, un spécialiste en sciences humaines analyse, du point de vue de son champ de recherche, l’une des thématiques abordée par un roman.

Cet épisode a été préparé par Marina Zborowski.
Réalisation : Michel Bourzeix et Soizic Cadio
Lecture : Denis Cordazzo
Extrait lu : Sophie Divry, Cinq mains coupées, pp.11-12 © Le Seuil, 2020
Musique : Thomas Boulard
Ce podcast a été enregistré dans les studios du Centre Pompidou.

Consultez la version accessible du podcast en Pdf (495 ko).

Publié le 25/01/2021 - CC BY-NC-SA 4.0

Sélection de références

Cinq mains coupées

Sophie Divry
Seuil, 2020

Antoine, Frédéric, Sébastien, Gabriel et Ayhan. Un étudiant, un ouvrier, un plombier, un apprenti et un délégué syndical. Cinq hommes en lutte pour plus de justice sociale, défendant haut et fort le droit de vivre dignement de leur travail. Cinq raisons de rejoindre le mouvement des Gilets jaunes. Cinq mains mutilées lors de manifestations à Tours, à Bordeaux, à Paris. Cinq témoignages tissés entre eux pour exprimer d’une seule et même voix une violence inouïe, cette violence qui caractérise aujourd’hui les manifestations en France et qui banalise la perte d’un œil ou d’une main. Ils ont entre 22 et 53 ans. Certains manifestaient pour la première fois. Ils doivent aujourd’hui apprendre à vivre avec un bras amputé, le souvenir de l’horreur éternellement ancré en eux.

Entre septembre 2019 et février 2020, Sophie Divry recueille les témoignages de ces cinq manifestants qui ont tous perdu une main sous l’explosion assourdissante d’une grenade. La sidération et la colère qui en découlent sont telles que la littérature ne peut que s’effacer derrière le témoignage : restituer la parole de ces cinq Gilets jaunes, sans la réécrire, sans y introduire le moindre degré de fiction, devient la seule manière de raconter la violence et de redonner vie à cette parole qui, à l’image même du mouvement des Gilets jaunes, a été considérablement étouffée, au prétexte d’un essoufflement orchestré par le pouvoir. L’usage excessif de la force, les armes inadaptées, le choc brutal et incommensurable de la mutilation, le langage du souvenir, à la fois balbutiant et précis, la précarité des hôpitaux, l’indifférence de la justice, puis la reconstruction de soi malgré les lourdes conséquences physiques, morales et financières, la résistance des convictions, le désir de retourner manifester… Tout ce qui ressort de ce chœur à cinq voix remue, bouleverse et interroge. Sans jamais basculer au-delà d’une émotion sincère mais maîtrisée, Sophie Divry livre avec Cinq mains coupées un récit percutant, qui réhabilite une parole dont l’écoute a été dérobée et qui nous appelle à en préserver collectivement la mémoire.

À la Bpi, niveau 3, 840″20″ DIVR 4 CI

Politiques du désordre. La police des manifestations en France

Olivier Fillieule, Fabien Jobard
Seuil, 2020

Partant de la multiplication des affrontements entre police et manifestants ces dernières années, et du nombre croissant de blessés et de morts lié à ces violences, Olivier Fillieule et Fabien Jobard analysent les singularités de la France, par rapport à ses voisins européens, dans les stratégies de maintien de l’ordre. En menant l’enquête sur plus de vingt ans, les deux sociologues éclairent la trajectoire de brutalisation suivie par les gouvernements successifs, dans un contexte de tensions sociales accrues, de violences urbaines et de terrorisme.

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet