Sélection

Le végétarisme, tendance ou mode de vie ?

La part d’aliments carnés dans notre alimentation permet de définir un type de régime. Réduire sa consommation de viande témoigne du souci d’avoir une alimentation plus saine et plus responsable. Cela représente souvent une prise de position en faveur des animaux, voire un engagement militant.

La tendance

Les scandales sanitaires comme celui de la vache folle, l’implication des produits carnés dans la survenue de cancer, les conditions d’élevage et d’abattage des animaux, l’usage des pesticides… ont contraint bon nombre de consommateurs à lever le nez de leur assiette et à s’interroger sur son contenu. Ce questionnement a conduit à une modification de la consommation alimentaire. Désormais, en France, 7 personnes sur 10 (69 %) consomment au moins une fois par mois du bio (Agence BIO / CSA* de janvier 2017). Et selon un sondage pour TerraEco de 2016, 3 % des Français seraient végétariens et 10 % seraient prêts à le devenir. Cette tendance est confirmée par la croissance de l’offre végétarienne et végane dans les commerces et les restaurants ainsi que par la baisse de la consommation de la viande de 12 % en dix ans. En 2017, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSE) a préconisé une baisse de la viande rouge et de la charcuterie dans son Programme national nutrition santé (PNNS) prenant ainsi en compte les conclusions du rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de 2015 qui faisait un lien entre consommation de viande rouge et cancer. Les circonstances sont réunies pour favoriser des comportements a minima de flexitariens, ces personnes qui consomment occasionnellement de la viande.

Un mode de vie et une philosophie

Réduire sa consommation de produits carnés relève d’un certain état d’esprit et demande une implication qui va souvent au-delà d’une mode ou de la recherche “égoïste” d’amélioration de sa santé. Les motifs évoqués peuvent être écologiques, éthiques, sociaux… La diminution de la viande est un combat pour le respect de l’animal et contre l’élevage, et par conséquent, une participation à la protection de la planète.

L’absence de viande s’apparente plus au refus de se nourrir de la chair d’un animal tué et de lutter contre le spécisme. Ce débat n’est pas neuf, puisque dès l’Antiquité, Plutarque s’attaquait au paradoxe du carnivore et rappelait le meurtre initial, à l’origine de toute consommation animale. Mais, en période de changement des comportements et de lutte pour un monde plus responsable, la cause rencontre un écho plus favorable.

Pour les végans, qui ne consomment aucun produit impliquant l’exploitation d’un animal, il s’agit bien d’une démarche militante, d’un mouvement social qui peut s’accompagner d’actions sur le terrain – parfois violentes, comme les attaques de boucheries qui ont fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps. Mais pour la plupart des végans, les actions se résument à mettre en adéquation leur mode de consommation et d’alimentation et leurs convictions, débattre autour de ce mode de vie qui questionne, partager les informations pour faire avancer la cause animale et la publication de recettes afin d’achever de convaincre ceux qui seraient tentés de les rejoindre.

Quelques régimes alimentaires

quelques régimes alimentaire

Publié le 30/11/2018 - CC BY-SA 4.0

Sélection de références

Nouvelle fenêtre vers l'article

Végétarisme et végétalisme : un marché en plein essor | Avise-Info

Cet article aborde le sujet du point de vue économique et fait le point sur le marché végétarien. Quelle proportion de la population est végétarienne ou végétalienne ? Comment la restauration et l’industrie agro-alimentaire ont pris en compte ce phénomène et comment répondent-elles à la demande ?

Nouvelle fenêtre vers un lien pour téléchargement d'un PDF

Les nouvelles générations transforment la consommation de viande | CRÉDOC 2018

Depuis 2007, le CRÉDOC mène tous les trois ans une enquête intitulée « Comportements et consommations alimentaires des Français ». Ces quatre pages présentent le résultat d’une enquête réalisée en 2016 et publiée en 2018 par le CRÉDOC et attestent d’un changement et d’une baisse de la consommation de viande.

nouvelle fenêtre

Demain, tous végétariens ? Terra Eco, mars 2016

Terraeco proposait en 2016 un dossier consacré aux végétariens dans son numéro de mars (consultable en PDF). Les auteurs cherchent à donner une photographie nette des pratiques végétariennes malgré le manque de données. Pour apporter sa contribution à la connaissance du sujet, le magazine publie les résultats d’un sondage qu’il a commandé à Opinionway et donne la parole à des experts, végétariens ou végans, afin d’analyser le mode de vie, les raisons  et les avantages de devenir végétariens mais aussi pour comprendre le régime si on souhaite le suivre…

Les batailles de la viande (1/4) : Une histoire de l'homme carnivore

L’émission de France Culture propose un éclairage historique pour mieux comprendre le rapport aux produits carnés. L’être humain a-t-il toujours été carnivore et est-il voué à le rester ? En fait, l’homme est un omnivore à géométrie variable en fonction de son environnement et du contexte politique, culturel, religieux, économique… Selon les époques, la viande n’a pas toujours été au menu de l’homme en France. D’autre part, l’histoire de l’homme mangeur est étroitement lié à celle de l’animal et de la représentation que l’homme s’en fait. La viande est cuisinée, désincarnée de l’animal pour en éloigner l’idée de la mort. Dès lors que l’on cherche à introduire de nouvelles protéines animales, comme le cheval ou les insectes, les questionnements autour de la viande ressurgissent.

Le végétarisme et ses ennemis : vingt-cinq siècles de débats

Renan Larue
PUF, 2015

Quels ont été les arguments des carnistes et des végétariens et comment évoluent-ils ? L’éthique animale et le spécisme a été au cœur des débats. Comment réagissent aujourd’hui les carnistes face au mode de vie végane ?

À la Bpi, niveau 2, 171 LAR

Planète végane : penser, manger et agir autrement

Ophélie Véron
Marabout, 2017

Plus qu’un régime alimentaire, le véganisme est un mode de vie, un engagement philosophique et un mouvement politique. Il nous invite à changer notre regard sur le monde et sur notre quotidien, à respecter la vie animale et à préserver la planète et les générations futures. Ophélie Véron, végane et spécialiste des mouvements sociaux, analyse les origines et les idées fortes du mouvement. L’ouvrage répond à toutes sortes de questions pratiques et propose également des conseils et des recettes pour vous aider à adopter un mode de vie sans viande.

À la Bpi, niveau 2, 64 VER, en catalogage

Génération végétale : ils réinventent le monde

Elsa Bastien, Aurélie Darbouret, Cécile Debarge, Claire Le Nestour
Les Arènes, 2013

Guerrilla gardening, Incroyables Comestibles, Végan, Locavore… Ces mouvements qui ont entre 10 et 30 ans constitue la génération végétale. Ils promeuvent d’autres modes d’alimentation et de consommation dans le respect de la nature et du vivant. Certains peuvent être végétariens mais tous ont en commun de mettre en adéquation conviction et mode de vie.

À la Bpi, niveau 1, UR TEN B

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet