Article

Appartient au dossier : Entre les lignes : décrypter la presse papier et numérique

L’économie des fake news

Nous sommes de plus en plus nombreux à utiliser les réseaux sociaux ou les sites de visionnages pour nous informer. Les résultats de l’étude annuelle menée par Hootsuite et We Are Social sur les tendances du digital le confirme : 52% des utilisateurs de YouTube déclarent utiliser la plateforme pour se former et s’informer et environ 40% du temps passé sur Facebook consiste à dérouler son fil d’actualité. L’ampleur de cette pratique est devenue un enjeu économique majeur ces dernières années et favorise la diffusion de fake news.
Balises vous explique pourquoi les fausses nouvelles constituent une manne financière et comment la lutte contre cette désinformation s’organise.

L’information sur les réseaux sociaux : un enjeu financier

Les réseaux sociaux ne se considèrent pas comme des médias, mais comme des « infomédiaires ». En se définissant comme de simples vecteurs d’information, ils relèguent la notion de source au second plan.
Ces plateformes sociales sont majoritairement financées par les publications sponsorisées — c’est le cas à hauteur de 80% pour Facebook —  et par “l’économie du clic”. Plus un contenu est relayé et partagé, plus il génère du trafic et donc des recettes. Les données personnelles des internautes sont donc exploitées par des algorithmes qui opèrent un tri et une hiérarchisation des contenus afin de proposer à chaque internaute ce qu’il est susceptible d’apprécier le plus et de partager largement.

Ce processus de filtrage par affinités est particulièrement efficace pour la diffusion des fake news. En effet, dans une fake news, le lecteur trouve avant tout un élément confirmant ses croyances ou ses opinions. Il partage ce type d’information avec ses contacts d’autant plus facilement qu’elle provoque une réaction émotionnelle immédiate. À son tour, sa communauté est susceptible de partager le contenu, participant ainsi à la « rentabilité » de l’information.

De nombreux sites sensationnalistes proposent leurs services à des pages Facebook qui existent déjà et bénéficient d’un nombre d’abonnés important. Celles-ci diffusent dès lors des informations douteuses auprès d’une audience que peu de médias traditionnels peuvent atteindre. La propagation des fausses nouvelles génère alors du profit pour trois ensembles : la page Facebook qu’un site paie pour y intégrer ses contenus, le site sensationnaliste dont les contenus provoquent des “clics”, et enfin l’hébergeur, Facebook, qui fait payer la mise en avant de contenus sur les fils d’actualité au même titre que des encarts publicitaires.
 

Un écran d'ordinateur
Pixel2013 CC0 Creative Commons pour Pixabay

La lutte économique contre les fake news

Vivement critiqué, Facebook tente de réagir à la diffusion massive de fausses nouvelles en lançant son propre outil de fact-checking. Celui-ci s’articule autour de quatre axes : faciliter les signalements par les utilisateurs, travailler avec des organisations tierces compétentes dans la vérification des informations, indiquer au grand public les informations contestées et limiter les gains financiers pour les auteurs de fausses informations.
Facebook a notamment modifié son algorithme de filtrage, pour ne plus prendre en compte la seule popularité des contenus mais également leur source. De même Google a modifié son algorithme pour appliquer un label aux sites considérés comme fiables.
 
De son côté, la Commission européenne propose notamment de soutenir la création d’un réseau indépendant de vérificateurs de faits et une série de mesures visant à stimuler un journalisme de qualité et à promouvoir l’éducation aux médias.
Mais pour de nombreuses organisations, ces recommandations ne vont pas assez loin. Ainsi, le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) « regrette que Bruxelles ne s’attaque pas au business model des plateformes, reposant sur les clics pour attirer les revenus publicitaires, l’une des causes principales pour la diffusion de contenus sensationnalistes, dont les fake news ».
 
La lutte contre les fake news passe incontestablement par le développement d’outils de vérification des faits comme Fakeblok ou Storyzy, et par un journalisme de qualité. Cependant, l’implication des investisseurs, en asséchant les recettes publicitaires des plateformes, paraît désormais incontournable.

Publié le 18/06/2018 - CC BY-SA 4.0

Sélection de références

Les GAFAM contre l'Internet : une économie politique du numérique

Nikos Smyrnaios
INA, 2017

Cet ouvrage analyse le déroulement du processus de marchandisation permettant aux logiques financières de pénétrer le champ de l’informatique connectée ainsi qu’Internet. Il aborde les stratégies des GAFAM pour éviter l’impôt, utiliser la valeur produite en ligne par les utilisateurs et exploiter les données récoltées. ©Electre 2017

À la Bpi, Niveau 2, 339.62 SMY

État des lieux 2018 : l'usage d'Internet, des réseaux sociaux et du mobile en France - Blog du Modérateur

État des lieux 2018 : l'usage d'Internet, des réseaux sociaux et du mobile en France - Blog du Modérateur

La toujours très attendue étude menée par Hootsuite et We Are Social sur les tendances du digital et des réseaux sociaux vient de sortir. Comme d’habitude, cette septième édition est riche d’enseignements et décrypte les principaux chiffres d’usages en France et dans le monde.

Fake news et "travailleurs du clic" : comment la désinformation est devenue un marché mondial

Fake news et "travailleurs du clic" : comment la désinformation est devenue un marché mondial

Les algorithmes des réseaux sociaux ont-ils pris le pouvoir sur l’opinion ? Comment un système de désinformation, organisé d’une main de maître, a pu contribuer à l’élection de Donald Trump ? Le fact-checking, et les labels de fiabilité attribués à tel ou tel titre de presse, peuvent-ils vraiment endiguer le phénomène ?

Les premiers diffuseurs de fausses informations sont souvent des pages Facebook douteuses

Les premiers diffuseurs de fausses informations sont souvent des pages Facebook douteuses

L’enquête du Monde sur les articles mensongers circulant sur le réseau social montre que leur diffusion est amplifiée par des pages peu scrupuleuses.

Les relations incestueuses entre fake news et publicité

Les relations incestueuses entre fake news et publicité

C’est le nouveau fléau de la presse en ligne, des réseaux sociaux et même du monde politique. Les fake news, ou fausses nouvelles en bon français, pullulent sur Internet et sont largement relayées par les réseaux sociaux. Les récentes initiatives lancées par Facebook ou Le Monde ont encore du mal à faire face à ce phénomène de masse. Pour lutter efficacement contre les fake news, encore faut-il bien comprendre pourquoi elles existent et comment elles se diffusent.

Nikos Smyrnaios : " Facebook façonne l'idée que l'on se fait du monde "

Nikos Smyrnaios : " Facebook façonne l'idée que l'on se fait du monde "

Nikos Smyrnaios est enseignant-chercheur au laboratoire d’études et de recherches ­appliquées en sciences sociales de l’université Toulouse-III. Spécialiste de la presse en ligne et de l’utilisation politique des réseaux socionumériques, il vient de publier “Les Gafam contre l’Internet, une économie politique du numérique”.

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet