Brève

Appartient au dossier : La Chine, sur la voie de la puissance

110 millions de jeunes amateurs de jeux vidéo en Chine

La Chine compterait, parmi ses 700 millions d’amateurs de jeux vidéo, 110 millions de mineurs. L’addiction aux jeux vidéo pose question pour les familles, mais le gouvernement s’inquiète lui aussi de l’influence sur les jeunes de cette industrie du divertissement.

Des enfants devant des écrans de jeux vidéo
Marc van der Chijs – ChinaJoy 2009 (Shanghai Game Exhibition) – CC-BY-ND

Lutte contre l’addiction

Depuis le 30 août 2021, les joueurs âgés de moins de 18 ans ne peuvent plus consacrer que 3 heures par semaine aux jeux vidéo, uniquement le week-end. Une pièce d’identité est désormais nécessaire pour s’inscrire sur les plateformes de jeux en ligne.

Cette mesure drastique vient répondre à des problématiques bien connues en Occident, comme l’addiction aux écrans et les questions de santé publique qui y sont liées. Ainsi, la myopie concernerait 53,6 % des enfants et adolescents chinois. Les jeux sont aussi accusés d’encourager les troubles de l’attention qui touchent 15 à 19 millions d’enfants chinois. Autre souci pour les parents : les jeux proposent souvent l’achat en ligne de biens virtuels, ce qui peut peser sur le budget des ménages. Autant de problèmes qui sont largement relayés par la presse chinoise. 

Un enjeu de moralité nationale

Mais au-delà de ces préoccupations, les jeux vidéos inquiètent le pouvoir chinois qui souhaite contrôler les valeurs transmises par les jeux. Le président chinois Xi Jinping lui-même considère que les jeux et « autres choses sales et désordonnées en ligne » ont une influence négative sur les mineurs.

Les jeux vidéos sont pris très au sérieux par le pouvoir chinois, qui les considère comme une nouvelle forme d’art devant « refléter un certain nombre de valeurs », selon un rapport officiel. Parmi les représentations censurées figurent les personnages masculins « efféminés » et les romances gays. Les représentations de Samouraïs victorieux ou les histoires déformant les faits historiques sont également visés, de même que les univers post-apocalyptiques. 

Pour contrôler ce qui pourrait transformer les jeux en « opium spirituel », les autorisations de mise sur le marché des nouveaux jeux vidéos ne sont délivrées qu’après un contrôle strict de l’Administration nationale de la presse et des publications (NPPA), et sont de fait bloquées depuis juillet 2021. Le jeu Fortnite, qui avait ainsi dû adapter son jeu aux joueurs chinois, a finalement préféré quitter le marché, faute de pouvoir répondre aux nombreuses obligations imposées par le pouvoir. 

Malgré ces mesures, les jeux vidéos restent un divertissement très apprécié en Chine, et un marché lucratif pour les acteurs nationaux, avec des revenus atteignant 43 milliards de dollars en 2020, en augmentation de 20 % par rapport à l’année précédente. Mais comme tout le marché numérique, ils sont devenus depuis quelques mois, un secteur sous surveillance, qui se voit appelé à ne pas se détourner des objectifs du parti communiste et de sa planification économique. 

Publié le 13/12/2021 - CC BY-SA 4.0

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet