Article

Appartient au dossier : Les hackers ou la culture du libre

Les Fab Labs

Il existe aujourd’hui une douzaine de Fab Labs en France. Ces ateliers, nés dans les années 2000, incarnent pour certains penseurs (comme Chris Anderson ou Jeremy Rifkin) les potentialités d’une nouvelle révolution industrielle.

L’origine des Fab Labs

Le Fab Lab (de l’anglais Fabrication Laboratory, ou laboratoire de fabrication) est une création du MIT, qui a lancé au début des années 2000 son laboratoire dans le cadre d’un cours au titre évocateur : “How to make almost anything” (Comment fabriquer à peu près n’importe quoi).

Les Fab Labs qui se sont constitués un peu partout dans le monde à la suite de cet exemple (il en existe à peu près 200), sont des ateliers comprenant des machines de toutes sortes. Imprimantes 3D mais aussi découpeuses laser, fraiseuses, découpeuses, et même machines à coudre ou à broder.

Pur produit de l’esprit hacker, un Fab Lab doit répondre à la charte élaborée par le MIT pour porter cette appellation (il existe environ 1 000 “hackerspaces” dans le monde, au fonctionnement similaire mais moins formalisé). L’ambition première de ces espaces est d’être ouverts à tous. Un atelier réservé à des étudiants ou à une communauté en particulier ne peut porter le nom de Fab Lab. Ils ont pour mission de rendre les machines accessibles au grand public, qui doit pouvoir se les approprier et transmettre à son tour son savoir. Le partage et l’ouverture sont les grandes idées à la base de ce projet. Les Fab Labs doivent aussi s’intégrer dans le réseau mondial afin de pouvoir partager avec les autres leurs projets et leurs avancées.

Vers une nouvelle révolution industrielle ?

Les Fab Labs correspondent tout-à-fait à l’esprit “Do it yourself” prôné par les hackers. Il s’agit en effet de permettre à chacun de s’approprier des machines, parfois couteuses et compliquées, pour pouvoir produire à peu près tous les objets qu’il souhaite. Meubles, outils, biens de consommation ou objet de design ou de mode, les possibilités sont presque infinies.

Ces lieux sont encore expérimentaux mais certains prévoient déjà qu’ils seront le berceau d’une nouvelle révolution industrielle. Pourquoi faire produire des objets à des milliers de kilomètres alors qu’on pourrait les faire soi-même de A à Z au Fab Lab de son quartier, tout en rencontrant des gens et en accumulant de nouveaux savoirs ?

Les Fab Labs répondent aussi à une nouvelle manière de consommer en temps de crise. Recyclage, réutilisation, réparation, bricolage et création sont dans l’air du temps. À l’heure de l’obsolescence programmé des objets, les Fab Labs expérimentent un nouveau mode de fabrication et de consommation.

Publié le 24/01/2013 - CC BY-SA 4.0

Sélection de références

Makers : la nouvelle révolution industrielle

Chris Anderson

L’ex-patron du magazine anglo-saxon Wired, dédié aux nouvelles technologies, s’attache à démontrer dans ce livre que nous sommes à l’aube d’une nouvelle révolution industrielle, rendue possible par le développement des imprimantes 3D à bas coût. Comme au début des années 80, avec la généralisation des ordinateurs individuels, la démocratisation des machines de fabrication, liée à la puissance du Web, apporta des changements de société déterminants dans les années à venir

Lien vers la vidéo Dailymotion

Le Vinvinteur n°11 - Fablabs : nouvelle révolution industrielle ?

Émission “Le Vinvinteur” diffusée le 13 janvier à 20 heures sur France 5. Réalisée par Henri Poulain. Animée par Vinvin, avec la complicité de Zazon et Florence Porcel. Invité : Malik Bentalha. Thème : les fablabs, une nouvelle révolution industrielle ?
Voir la vidéo sur Dailymotion

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet