Brève

Appartient au dossier : Les hackers ou la culture du libre

Telecomix et le Printemps arabe

C’est le groupe Telecomix, très engagé dans le combat pour la liberté d’expression, qui a le plus “hacktivement” pris part aux révoltes. Ils ont apporté leur soutien aux militants, déjà très actifs sur les blogs et les réseaux sociaux, en leur enseignant les méthodes pour échapper à la surveillance des autorités.

Dès 2011, pendant la révolte en Tunisie, Telecomix offre aux militants la possibilité d’encapsuler leurs données pour empêcher le régime de retrouver l’origine de leurs publications.

Au plus fort de la révolution égyptienne, alors que les autorités coupent l’accès à Internet, les hackers de Telecomix mettent en place, avec les moyens du bord, un réseau parallèle pour faire perdurer les communications.

Publié le 24/01/2013 - CC BY-SA 4.0

Sélection de références

vidéo sur France24.com

Hacker ouvert

Les dernières tendances de la planète hi-tech et l’impact des révolutions numériques sur notre quotidien. Le samedi, à 14h45. Depuis 2008, elle couvre les sujets numériques dans leur dimension géopolitique, économique et sociétale. Elle rencontre aussi les acteurs de la politique américaine pour L’Entretien / The Interview.
Lire l’article sur France24.com

Lien vers l'article sur Owni.fr

Telecomix : " hacker pour la liberté "

Telecomix n’a pas de leader, ni de hiérarchie. Ce n’est pas une organisation, mais une “désorganisation” bien réelle qui lutte contre la censure du Net, dans les rues du Caire, de Tunis et d’ailleurs. 28 janvier 2011. L’État égyptien coupe Internet. L’interruption est d’une ampleur jamais vue.
Lire l’article sur Owni.fr

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet